SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

22 juin 2017

O.M. AÏVANHOV – Q/R – PARTIE 3 – JUIN 2017


Eh bien chers amis, je suis extrêmement content de pouvoir faire la clôture, n’est-ce-pas ? Comme vous le voyez déjà depuis longtemps, je suis toujours là au début et à la fin, afin de vous aider à mieux préparer, si je peux dire, et vivre, tout ce qui vous a été donné, et que vous vivez d’ailleurs déjà peut-être. Alors nous allons commencer par faire un moment de silence, afin de vivre une Théophanie tous ensemble, mais très rapide, hein, parce que je pense que vous avez beaucoup de questions.

… Silence…

Eh bien dans cette atmosphère-là, nous allons écouter vos premières questions.

Question : concernant les âmes humaines incarnées et éveillées sur ce plan en ces temps, leur positionnement dans le Cœur du Cœur permet-il à la Lumière authentique de descendre afin de faire basculer les nœuds et  lignes temporelles de cette matrice ?



Alors, sur le plan purement mécanique, ceci est vrai dès l’instant où vous avez reçu la triple radiation qui active la Couronne de la tête. Bien sûr j’avais dit, et ça a été répété à d’innombrables reprises, que une fois que l’énergie était perçue dans la tête, elle devait descendre, bien sûr, et parcourir tout le corps au moins jusqu’au sacrum. Mais bien sûr, la certitude de la Libération est effectivement reliée à une activation de Couronne, quelle qu’elle soit. Vous savez aussi que quelles que soient les Couronnes, que vous ayez vécu le Soi ou que vous ayez rien vécu, ne change rien à la finalité ; vous le savez, depuis toujours, je ne vous ai pas caché cela.

Ce qui est important, c’est de comprendre que c’est juste… les différences, elles se font dans la période que vous vivez. C’est-à-dire vous n’êtes plus dans les ajustements, l’assignation vibrale, la possibilité, comme je disais, de faire appel, mais vous êtes devant l’évidence de ce que vous êtes en conscience. Et cette évidence que vous êtes résulte, je dirais, du degré de propagation de la Lumière jusqu’au Cœur du Cœur. Mais bien sûr, et vous le voyez vous-mêmes, que avoir les vibrations sur toutes les Couronnes fait de vous quelqu’un qui a vécu soit l’Infinie Présence, soit qui est Absolu, mais cela ne vous préserve pas de ce que nous avons nommé les habitudes, parce que les habitudes ne viennent pas des mémoires d’enfermement, mais c’est simplement des répétitions que vous menez. Les habitudes les plus courantes, comme les habitudes spirituelles, que vous avez l’habitude de faire automatiquement, parce que c’est dans la présentation que vous avez adoptée, si je peux dire, dans votre conscience ordinaire.

Mais ça fait pas de différence. La seule différence, c’est quand ça fait mal dans le corps ou que ça fait mal dans la tête, parce que vous n’êtes pas encore stabilisés dans cette félicité, cette Joie et dans le Cœur du Cœur, tout simplement. Mais le moment venu, et surtout si vous voyez, dans cette période, des choses qui vont crescendo depuis quelques mois – le début de l’année, mais de façon plus évidente depuis le mois de mars –, vous pouvez très bien avoir vécu une paix et un état de sérénité antérieur, et puis d’un coup, vous vous retrouvez avec des manifestations corporelles, émotionnelles et mentales qui semblent un peu déroutantes, dans la mesure où vous aviez vécu, réellement et concrètement, l’Infinie Présence et découvert, entre guillemets, l’Absolu.

Simplement, y rester au niveau de vos habitudes et non pas des mémoires seulement, mais bien plutôt ces habitudes qui n’ont pas été vues. Et c’est pour ça que le corps se manifestait parfois violemment, ou que vous avez parfois l’impression de revivre des scénarios – des scénarii, on dit, hein – qui se sont déjà produits dans le passé et qui vous semblaient résolus, si on peut dire. Ils sont résolus mais l’éclairage n’a pas été suffisant.

Donc quoi qu’il se produise, surtout si c’est violent, je dirais que c’est un bon signe, c’est-à-dire vous avez reçu la fessée et maintenant vous vous tenez sur vos gardes pour pas recevoir une autre fessée. C’était tout à fait le but voulu, c’est-à-dire vous faire sortir de vos dernières illusions et devenir un observateur très fin de ce qui se joue sur la scène de votre conscience et de votre vie, comme de votre corps d’ailleurs.

Donc aucune inquiétude à travers même des manifestations qui peuvent être perturbantes, en particulier au niveau du corps, parce que ces trucs, ces évènements qui peuvent subvenir à votre corps, ne sont que des moyens de rester tranquilles, c’est-à-dire de vous occuper de vos fesses, comme je disais, c’est-à-dire de soigner votre corps et de ne pas être dans les habitudes, tout simplement. Et c’est quelque chose qui est très, très efficace, bien sûr, et ça, vous ne le savez que quand vous en êtes sortis. Donc ne vous inquiétez pas, soignez-vous comme il faut, même si le corps est touché par l’interaction des résistances ou des habitudes et de la Lumière, et tout se passera à merveille. Voilà ce que je voulais dire.

Mais par rapport à ta question, il est clair que vivre le Cœur du Cœur doit aussi, non pas simplement être une expérience un jour ou l’autre, qui vous donne la certitude de la Libération à venir, mais vous devez aussi voir que malgré ce qui a été vécu, et j’ai déjà eu l’occasion d’en parler, vous aviez des frères et des sœurs qui vivaient le Soi à la perfection et qui sont retombés sous l’influence de l’ego ou de l’orgueil spirituel. Mais je vous ai expliqué pourquoi, ça a été dit cette semaine aussi, mais c’est surtout selon les habitudes. Et ces habitudes ne viennent pas de phénomènes mémoriels, c’est des habitudes courantes, mais qui sont dictées de manière totalement invisible par, soit votre origine stellaire, soit vos lignées, surtout quand cette origine ou ces lignées sont liées, de quelque façon que ce soit, à la notion de prédation. La prédation dans ce monde, bien sûr, qui est extrêmement néfaste.

Donc ce qui veut dire que vous avez des origines galactiques ou des lignées stellaires qui sont en rapport avec des mondes libres, mais où les comportements de ces frères et ces sœurs, parfois non humains, dans leur liberté, est de jouer à la prédation, mais y a jamais de prédation réelle. C’est par exemple tous les combats cérémoniels que font les Arcturiens, hein, mais vous avez d’autres peuples, comme les Végaliens, qui eux ne penseraient jamais à faire des joutes, comment dire, des combats, parce que d’abord ils n’ont pas la force, au niveau de la 3 D unifiée, pour faire comme font les Arcturiens ; ils n’ont pas la même constitution, même si c’est la même Liberté.

Bien sûr, la forme, quelle que soit la dimension où vous êtes, une forme détermine des fonctions. Par exemple, la civilisation des Triangles qui est au-delà de tout anthropomorphisme, n’est-ce-pas, c’est une forme rudimentaire, comme on dit, mais néanmoins, au niveau des Triangles, vous n’avez pas de prédation. Vous avez de la prédation même libre, si je peux m’exprimer ainsi, chez les Arcturiens, chez les insectoïdes, etc., etc., mais c’est pas du tout du tout la même prédation que celle qui est présente sur terre. Mais étant porteurs de cette lignée, bien évidemment cette lignée se trouve en résonance directe avec l’enfermement Archontique, ce qui explique que les frères et les sœurs qui ont ces lignées prédatrices en eux, même si eux n’ont jamais participé à une prédation, c’est-à-dire d’enfermement de mondes, donne des comportements qui sont pas, sur ce monde, tout à fait en accord avec la Lumière vibrale authentique.

Donc ce qui explique que même des frères et des sœurs qui vivraient le Soi depuis longtemps, qui ont découvert leur cœur, qui ont vécu, enlevé tous les voiles et ont vécu l’Absolu, peuvent se retrouver avec des petits soucis dans cette période. Mais c’est simplement lié à ces habitudes et la cause première, vous ne pouvez rien changer à cela, même en étant dans le cœur. C’est la période qui vous fait traverser ça afin de retrouver votre intégrité totale d’Éternité, n’est-ce-pas ? Et il faut garder la maison propre, et la maison se nettoie, tout simplement.

Donc bien sûr, tous les frères et les sœurs qui, en ce moment, vivent des choses difficiles, c’est pas parce qu’ils ont fait des fautes – dans certains cas oui, par rapport à la Lumière, mais c’est toujours pas grave –, mais c’est souvent lié à des origines ou des lignées qui ont participé, même si vous vous ne l’avez jamais fait, ou qui résonnent en tout cas, sur ce monde, avec la prédation de l’enfermement.

Mais même si c’est très spectaculaire dans les manifestations, ne vous inquiétez pas, et c’est justement l’accident, le traumatisme, la perturbation émotionnelle ou mentale qui va vous permettre de résoudre ce que vous ne pouvez comprendre, même si je vous le dis, ni même résoudre par vous-mêmes. Il faut que ces cercles d’habitudes, non pas pour vous puisque vous êtes libérés, mais dès l’instant où vous avez une Couronne qui est active, nous vous avions dit déjà à l’époque, après les Noces Célestes, que vous étiez des ancreurs de Lumière, pas pour vous mais pour l’ensemble de la Lumière qui est entrée en manifestation sur ce monde. Vous voyez, c’est très simple.

Alors, autre question.

Question : pouvez-vous approfondir l’esprit de précision concernant la tension à la Lumière ?

L’esprit de quoi ?

Question : de précision.

Qui c’est qui a employé ce mot d’esprit de précision ? Je sais pas ce que ça veut dire. L’Étoile Précision, mais l’esprit de précision, ça veut rien dire pour moi. Bon bref, disons, répète la question.

Question : pouvez-vous approfondir l’esprit de précision concernant la tension à la Lumière ?

Bah d’abord, c’est pas la tension vers la Lumière, c’est la tension vers l’Abandon, cette tension vers l’Éternité, vers l’Inconnu. Ensuite, esprit de précision, je vois pas trop bien ce que ça peut vouloir dire. Si la personne est présente, il faudrait qu’elle précise parce que… je vois pas, parce que l’esprit, y a l’Esprit du Soleil, l’Esprit de Vérité, mais l’esprit de précision… C’est peut-être la quintessence de l’Étoile Précision. Mais je peux pas répondre là, parce que je ne sais pas ce que veut dire cette personne.

Question : je ne sais pas si elle est présente ou pas.

Alors, on la passe pour l’instant, parce que je vois pas ce qui est demandé.

Question : mon fils s’est suicidé en 2007. Avant sa mort, il disait se sentir comme si on l’avait vidé à l’intérieur, organes, cerveau... Est-il possible qu’on ait pu attraper ou enfermer son âme ?

Si c’était avant les Noces Célestes, certainement pas. Il a suivi le circuit normal, si je peux dire, et y a toute chance qu’il soit déjà réincarné, puisque sa mort n’est pas survenue à partir du moment où nous avons accueilli personnellement toutes les âmes qui se libéraient de ce plan, en remplacement des Archontes. Mais avant 2009, non, il a suivi le schéma habituel. Et en cette période, il est préférable que toutes les âmes qui étaient en errance, si je peux dire, après leur mort, avant l’année 2009, ou 2010 pour certains, ont été poussées à se réincarner très vite.

Mais une fois que les Noces Célestes ont été réalisées, dans les mois qui ont suivi, nous interceptions, si je peux dire, toutes les âmes, avant que le scénario des Archontes leur joue leur pièce de théâtre là-haut dans l’astral. Et donc nous les avons préservés, en attendant qu’ils vivent, eux aussi, dans les structures éphémères, même si y a plus de corps physique et de corps éthérique, ils sont morts en emportant le corps astral, vous êtes d’accord, avant les Noces Célestes, donc nous les avons… pour la plupart, ils ont été réincarnés par les Archontes eux-mêmes mais aussi par nous, avant les Noces Célestes. Mais après les Noces Célestes, non, y avait plus de réincarnation.

Ceux qui descendent aujourd’hui sont tous ceux qui ont été chassés de l’astral par la dissolution de l’astral planétaire, mais aussi les Archontes, de leur côté, ne sont pas restés sans rien faire, les bras croisés, ils ont précipité des corps de synthèse, c’est-à-dire des sans-âmes. Toutes les fécondations qui se sont produites sur terre, excepté pour, je dirais… je peux pas vous donner de pourcentage parce qu’y a pas de précision à ce niveau-là, mais disons qu’une partie des enfants qui sont nés depuis 2009 sont des portails organiques, et une autre partie sont des êtres très, très lumineux et qui ont accepté le sacrifice de l’Éternité parce qu’ils savaient qu’ils n’auraient pas à être pris dans le piège, mais que leur présence en tant qu’enfant était extrêmement importante aussi, dans les processus de la Confédération Intergalactique de libération de la Terre. Donc, y a toute chance que cette personne qui s’est suicidée en 2007 soit, bien sûr, réincarnée.

Question : cet enfant sentait comme si on l’avait vidé dans son intérieur, organes, cerveau… N’y aurait-il pas eu une forme de prédation avant son suicide ?

Alors quand un être jeune se suicide, surtout quand ça survient dans la période après l’adolescence, dans la période, vous savez, où peuvent se situer les délires qui sont liés à certaines maladies graves, là effectivement certains êtres, avant de se suicider, sentent ce vide. Ça veut pas dire qu’ils ont un Archonte, ça veut dire que leur âme s’était déjà retirée. Le vide vient de là, c’est pas une possession.

Et n’oubliez pas que votre point de vue et notre point de vue, quand on est incarnés, la mort, c’est un drame, mais pour celui qui meurt, c’est absolument pas un drame. Le seul drame, c’est pour celui qui est attaché à la forme ; et si c’est un enfant, c’est encore plus compréhensible. Mais pour celui qui décrit ce processus, chez les adultes jeunes, je sais pas quel âge avait ce jeune homme ou cette jeune fille, mais en tout cas – elle a dit fils, donc je pense que c’est un homme, mais je sais pas quel âge il avait. Mais, en tout cas, jamais un Archonte ou une entité négative ne va vous pousser au suicide, sans ça elle perd sa proie, elle perd sa nourriture. Elle n’a aucun intérêt à vous pousser au suicide ; le suicide vient de soi-même, mais en l’occurrence c’est pas toujours lié à un Archonte ou une possession. Ça peut être aussi l’âme qui a décidé de se retirer parce qu’elle était mal pour des raisons qui lui sont propres. Vous voyez la différence ?

Mais en tout cas, que ce suicide soit lié à un retrait de l’âme, c’est antérieur à 2009 et je peux te certifier que toutes les âmes qui sont décédées, enfin tous les corps qui sont décédés, les âmes sont déjà réincarnées, pour la plupart. C’est pas la même chose, encore une fois, depuis fin 2009 ou début de l’année 2010, où la plupart des âmes que nous récupérions étaient placées en léthargie dans nos vaisseaux, dans un de nos vaisseaux, jusqu’au moment de l’Appel de Marie, mais surtout du grille-planète final.

Autre question.

Question : pourquoi ce monde de 3ème dimension enfermée a-t-il autant asservi la femme ? Pourquoi a-t-il fallu attendre plus de 2000 ans pour être délivrés ?

Mais parce que les forces opposées à la Lumière, la prédation, ne veut pas reconnaître ce qu’est la femme, alors que c’est la femme qui est la créatrice, nous l’avons déjà dit. Y a pas de Dieu – Dieu, c’est le diable –, y a pas d’entité qui gouverne quoi que ce soit. Y a la Source qui donne sa Lumière, y a le principe qui est en amont de la Lumière, qui est d’où vient toute création de conscience, mais y a pas un personnage barbu qui se tiendrait quelque part – c’est la Source. C’est pour ça que nous avons supprimé ce terme de Dieu. Je vous ai toujours dit que Dieu et Diable, c’est la même chose, c’est la même entité. Alors bien sûr, quand j’étais vivant, on n’avait pas d’autre mot et on n’était pas nécessairement au courant de cela, parce qu’on l’avait pas vécu, mais aujourd’hui, c’est une certitude pour beaucoup d’entre vous, et tous les Anciens ont parfaitement compris et vécu cela, heureusement. Vous voyez ?

Et la question, c’était quoi ? J’ai dévié, comme d’habitude.

Question : pourquoi ce monde de 3ème dimension enfermée a-t-il autant asservi la femme ?

Parce que la femme est l’ennemie. La femme porte la vie, la femme porte la liberté. Elle est la co-créatrice de toutes les dimensions, pas uniquement les maîtres généticiens, vous en avez d’autres. Dans l’histoire de la Terre, c’est les mères généticiennes, mais c’est toujours une polarité féminine qui s’exprime lors de la création d’un champ d’expérience de conscience.

Question : et pourquoi a-t-il fallu attendre 2000 ans pour…

Oh, c’est pas 10.000 ans.

Question : 2000 ans.

Ça fait 300.000 ans que ça dure.

Question : 2000 ans par rapport au moment où le Christ a été crucifié et où la Matrice Christique est venue sur terre.

Mais parce que y faut qu’y ait un changement d’orientation de la conscience éphémère vers l’Éternité, même sans le vivre, parce que sans ça, la souffrance de la personnalité est telle que y a des dégâts qui sont causés. Donc ça peut pas se faire, et c’est le principe même de l’enfermement Archontique par ce vaisseau de ferraille, qui est de ne pas permettre une libération, sauf au moment où le Soleil est rétabli dans son unité, c’est-à-dire quand il retrouve son double, lui aussi. Comme vous, vous avez retrouvé votre double, c’est-à-dire soit le corps d’Êtreté ou le corps d’Êtreté lié à votre double monadique, c’est pareil.

Donc la femme a toujours été placée à l’écart dans ce monde, et pas seulement dans ce cycle-là. Bien sûr qu’en Atlantide, y avait peut-être plus de prêtresses, si je peux dire. Un peu comme à l’époque du christianisme, vous aviez encore certaines cultures où c’était les femmes qui officiaient. Par exemple vous avez, dans les berceaux de l’humanité, de cette civilisation qui est en Grèce, au bord de la Méditerranée, vous aviez des temples qui étaient tenus par les femmes. Aujourd’hui, les femmes, on vous les a enfermées dans des couvents.

Et d’ailleurs y en a d’autres qui les enferment à travers des vêtements. Et puis les femmes qui sont soi-disant libérées, en fait elles ont pris la polarité masculine mais elles n’assument pas du tout leur Féminin sacré. Et la place de la femme est majeure, or les Dracos ont une fâcheuse tendance à considérer, même chez eux hein, les femmes, un peu comme du bétail. C’est leur conception. En tout cas pour ceux qui ont été falsifiés ou qui ont accepté l’enfermement, pas pour les autres, hein. Voilà, donc c’est… dans tous les systèmes enfermés – qui ont été enfermés, qui sont libérés –, toujours le rôle de la femme a été étouffé et relégué à la procréation ou alors à des tâches dites subalternes, mais jamais dans son rôle de prêtresse sacrée. S’il devait y avoir un Dieu, ça serait une femme, ça pourrait pas être un homme.

Question : quel est l’Évangile le plus fidèle dans la retranscription des paroles du Christ ?

Aucun de ceux que vous connaissez. Ça correspond surtout, je dirais, aux Évangiles apocryphes. Vous savez que le seul texte qui est vrai, à la virgule près, au niveau vibratoire et au niveau factuel, si vous voulez, c’est l’Apocalypse de Jean. Bien sûr, tout ce qui est paraboles et paroles du Christ est gardé à peu près authentique, mais toute l’articulation, même le descriptif de la vie a été, bien sûr, altéré. Même pas nécessairement par les Archontes. Vous savez très bien que quand y a une tradition orale et que s’écoule un certain temps, ce qui a été vécu est toujours transformé, parce que la mémoire, même si elle est parfaite, transforme toujours le factuel en fonction des sentiments, des émotions et des concepts.

Voilà, donc les Évangiles apocryphes sont beaucoup plus vrais, mais si vous voulez connaître la vérité de l’enfermement, il vous faut vous pencher – au-delà de votre vécu, si vous avez besoin de lire –, sur les écrits de Nag Hammadi, sur les écrits gnostiques par exemple, où là vous avez une grande vérité. Mais cette grande vérité est et restera toujours intellectuelle. Donc, vous avez des gnostiques qui sont devenus Illuminati, d’ailleurs, et les Illuminati viennent des gnostiques. Donc ils connaissaient intellectuellement la falsification, et ils ont cherché à résoudre cette falsification dans leur tête mais jamais ils ne vivront le cœur. C’est toute la différence.

Donc, ce que vous nommez les Illuminati, que moi je nomme les guignols, au départ c’était des êtres qui étaient des gnostiques, qui étaient au courant de l’enfermement, mais Yaldabaoth les a trompés en se faisant passer pour l’Archange Lucifer, rédempté en plus. Voilà pourquoi ils vouent un culte à Lucifer. Ils croient vouer un culte à Lucifer, mais le Lucifer rédempté, le « porteur de Lumière » qui n’enferme rien, et en fait c’est Yaldabaoth qui s’est substitué. Vous savez, ce sont des excellents imitateurs. Vous savez que certains d’entre eux, quand ils ont pris un corps, sont capables de prendre n’importe quelle apparence, même l’apparence de la Lumière. Donc le principe, il est à ce niveau-là.

Allez, on continue.

Question : il a été dit : tout ce qui a été lié sur cette terre sera délié sur cette terre…

C’est ce que vous faites en ce moment.

Question : … et tout ce qui a été lié au Ciel sera délié au Ciel.

Oui, bien sûr.

Question : pouvez-vous nous éclairer ?

Alors ce qui est lié sur terre, vous le connaissez, c’est la loi de karma, d’action-réaction et de dualité. Et si, effectivement, c’est si long, comme vous dites, qu’il faut attendre le retour des vaisseaux Archontiques – la proximité de Nibiru aussi, c’est-à-dire du jumeau du Soleil –, pour déclencher les évènements qui doivent se déclencher, c’est-à-dire la Libération… ce n’est pas nous qui vous libérons, ce n’est que vous, à l’intérieur de vous-mêmes, mais pour libérer un système enfermé et non pas des individus, il faut certaines conditions préalables. L’ensemencement du Christ en fut un, les Noces Célestes et la descente de l’Esprit saint, qui est bien antérieure, en furent d’autres. Et ce qui est lié sur terre doit être vu sur terre. Et important aussi, ce qui est noué au Ciel, c’est quoi ? C’est justement le principe d’enfermement.

C’est pour ça que le Christ a bien différencié ce qui est de la terre et ce qui du Ciel, ce qui est de l’éphémère et ce qui est de l’Éternité. C’est-à-dire que si vous êtes libérés maintenant, vous allez rire même des protocoles que vous avez faits, des cristaux que vous avez utilisés, de tout ce que nous avons dit. Oui mais il a bien fallu passer par là auparavant et trouver, je dirais, des lignes de passage de la Lumière, plus aisées, sans entraîner… Vous imaginez bien que le Feu igné, quand il se déploie chez quelqu’un, il faut qu’il rencontre quand même une certaine souplesse. C’est pas une question d’âge, c’est une question d’abandon, c’est une question d’humilité, de transparence, de capacité à s’effacer et à laisser œuvrer la Lumière. Ça, nous vous le répétons sans arrêt.

Or le plus souvent, que font nos frères et nos sœurs, et que nous avons tous fait, même moi quand j’étais incarné, quand j’étais jeune ? On voit la Lumière, en méditation, en prière, avec son maître, peu importe ; après, qu’est-ce que vous considérez ? Que la Lumière est votre trésor, et le simple effet de considérer ça, vous enfermez la Lumière en vous. C’est ce qu’ont fait les guignols que j’avais appelés les maîtres ascensionnés, c’est ce que chaque frère et sœur fait dès qu’il vit la Lumière, il se l’approprie. Il se contente dans cette Lumière sans voir que c’est lui-même ; il considère la Lumière comme extérieure et ça suffit à bloquer tout le processus.

Donc c’est normal qu’il faille attendre des circonstances collectives. J’avais parlé, à l’époque, de la prédation qui se situait au niveau de la 4ème dimension, qui n’est pas un lieu de vie, qui correspond à peu près, au niveau individuel, à votre corps mental. Et au niveau collectif, nous l’avions nommé le système de contrôle du mental humain. Donc tant que ce système de contrôle du mental humain est actif, même si vous vous êtes libérés, quelque part, même si vous vous laissez traverser, vous êtes quand même dans le bain de la prédation. Et tant que c’est pas stabilisé, ben vous avez l’impression de perdre quelque chose.

Et c’est ça qui est en train d’être résolu maintenant, pour beaucoup de frères et de sœurs qui, durant les années entre 2012 et cette année, ont joué à tournicoti-tournicota. C’est plus possible. Parce que maintenant, le moment collectif est extrêmement proche. Nous ne savons pas quand, mais tout ce que nous pouvons dire, c’est que c’est maintenant. Alors le « maintenant », pour nous, peut durer une semaine, allez, comme six mois. Mais comme les évènements humains, ça été dit, démarrent durant ce mois, je crois que Marie, d’ailleurs, avait fait des cachoteries parce qu’elle connaissait la date du 7 juin, et le Christ vous en a révélé une autre, date, qui est le 21 juin, le solstice d’été.

Bien sûr que dans cette matrice, vous comme nous sommes dépendants des influences astronomiques et des influences résiduelles du système de contrôle du mental humain. Même si les lignes de prédation ont pour la plupart disparu, il faut pas oublier qu’au-delà des mémoires, au-delà des blessures, vous avez l’habitude qui est là. L’habitude d’avoir un corps, l’habitude d’avoir un cerveau, l’habitude de réagir. Dans les lois de dualité, vous êtes tout le temps obligés de réagir, d’entrer en relation ou en réaction, même si vous vivez l’Infinie Présence depuis des années. Hein, vous n’êtes pas tous destinés à faire comme Ma Ananda Moyi, à vous mettre en extase et attendre la fin tranquillement, vous devez continuer à vivre votre vie, quelle qu’elle soit, sauf si la Lumière entraîne une cassure par rapport à certains environnements, mais c’est pas vous qui décidez. C’est l’interaction entre ce qu’il reste d’habitudes, et donc d’Illusion, et votre éternité, qui déclenche tout ça.

De même que la folie du monde vient du refus de la Lumière. Or la Lumière, vous pouvez la refuser émotionnellement, vous pouvez la refuser mentalement, vous pouvez la refuser avec votre âme, mais votre matière ne peut pas la refuser. C’est pour ça que maintenant vous avez eu les interventions de Un Ami et de Frère K, et aussi de Ram. Pourquoi ? Mais parce qu’il est important, si vous voulez, de vous donner des moyens de voir cela. Parce que ça sera plus facile, le moment venu, pour vous, afin de casser les dernières habitudes. C’est pas des peurs, c’est simplement des habitudes. C’est des choses que vous voyez pas, que vous faites spontanément, comme par exemple conduire une voiture, mais là, ça concerne votre corps et votre comportement à la surface de ce monde.

Donc ça sert à rien d’aller renvoyer ce que vous vivez, quand c’est pénible, à une cause première, à votre enfance. La seule cause, c’est l’intégration de l’Éternité, qui en pénétrant en vous, aussi par la bouche, par vos propres mains que vous allez placer sur le corps, vous allez éclairer ces dernières habitudes. C’est comme ça que vous êtes libres, avant même l’Appel de Marie. Et comme il reste de moins en moins de temps, bien évidemment, et comme je l’ai dit le mois dernier, ça va devenir de plus en plus chaud et brutal, mais c’est pas grave. Ou alors, si vous considérez que c’est très grave, c’est que vous êtes encore attachés à l’éphémère, à votre corps, à vos émotions, à votre histoire.

Mais cet attachement ne résulte pas de blessures, il résulte simplement, comme je l’ai dit et ça a été répété d’innombrables fois, aux habitudes que vous avez prises. Vous voyez ? Là c’est pas vous qui voulez pas lâcher, c’est tout simplement les habitudes. Et j’ai dit que ces habitudes étaient colorées, bien sûr, par les lignées et les origines stellaires, et vous pouvez pas vous débarrasser de vos lignées, c’est le fondement même du corps d’Êtreté. Mais faut que ces lignées soient pacifiées par rapport à la Lumière vibrale authentique et pas à la lumière falsifiée de ce monde, concernant les lignées prédatrices.

Je t’écoute.

Question : être vrai, c’est exprimer ses émotions, ressentis, pensées, intentions, être sincère...

Oh ça va se résumer en trois phrases. Mais termine, vas-y.

Question : … pourriez-vous en repréciser la signification par rapport à l’Éternité ?

Oh bah, être vrai, c’est très simple, hein. Être vrai, c’est seulement être vrai, c’est-à-dire qu’il doit y avoir une concordance totale entre vos pensées et ce que vous dites. Si vous êtes face à un frère, que vous pensez telle chose et que vous dites autre chose, vous n’êtes pas vrais, c’est aussi simple que ça. Et ça on le connaît tous, vous êtes en face de quelqu’un, vous faites un grand sourire et dedans vous vous dites : « Bon, celui-là il commence à m’emmerder. » Vous voyez ? C’est commun chez tout le monde, ça. Là, y a pas de concordance, y a pas de vérité. Donc l’écran mental, les pensées, faut déjà savoir d’où elles viennent. Les pensées, elles ne viennent pas de vous. Si vous croyez que c’est vous qui élaborez vos pensées, vous vous trompez. Vous ne faites que capter ce qui est présent dans l’atmosphère, autour de vous, mais aussi dans vos connaissances et vos habitudes.

Mais aucune pensée, si vous êtes libérés, aucune pensée ne peut naître sans votre accord. Et vous les voyez ces pensées, apparaître, et vous savez que ce n’est pas vous. Donc il devient très facile, soit de laisser libre cours à ses pensées, si elles sont des pensées lumineuses, mais de ne pas les laisser émerger. Mais si vous parlez et que vous dites l’inverse, vous n’êtes plus vrais déjà, donc dans ce cas-là, qu’est-ce qui est le mieux par rapport à ce que avez perçu de vos pensées ou des interactions ? C’est le silence.

Donc, être vrais par rapport à l’Éternité, c’est être en adéquation complète corps-âme-Esprit, c’est ne plus jouer le jeu de la personne parce que aucune personne ne peut être vraie. Elle a toujours une histoire, elle a toujours des choses cachées, comme ses pensées, ses émotions, qui ne sont pas nécessairement exprimées. Mais y a aucun intérêt, si vous ressentez une colère, à exprimer la colère. Ça, c’est pas être vrai. C’est vrai avec la personne, mais c’est pas vrai avec l’Éternité parce que dans l’Éternité, y a pas de colère. Je vous ai dit que des fois, nous avions, nous, des discussions entre nous, mais ça peut pas être assimilé à de la colère parce que nous, y a pas ces mouvements d’énergie, même quand nous sommes pas d’accord. C’est toute la différence. Tant que vous êtes une personne, vous ne pouvez pas être vrais. Vous êtes vrais, même si vous êtes honnêtes, le plus souvent, mais si les pensées viennent de la personne, ce qui est toujours le cas, comment voulez-vous être vrais ?

C’est pareil pour tout. L’exemple qu’on peut prendre, c’est aussi les mots que vous employez. Quand vous dites « je suis dans le cœur », ça veut dire que vous n’y êtes pas. Parce que celui qui est dans le cœur n’a pas besoin de dire qu’il est dans le cœur, il sait ce qu’il vit. Y a pas de pensées qui accompagnent ça. Par contre, quand vous en sortez, vous le savez maintenant de plus en plus facilement parce que d’un coup, comment vous dites, ça vous plombe. Vous êtes légers et vous vous retrouvez mal. Qu’est-ce que vous avez envie ? C’est de revenir légers, bien sûr, et c’est ça qui crée cette tension que vous vivez, entre l’Éternel et l’éphémère, en cette période. C’est pas grave, c’est pas des choses sur lesquelles il va falloir travailler, résoudre, expliquer. C’est éclairé, et comme nous l’avons dit, ne retenez pas ce qui se manifeste parce que sans ça, vous allez le nourrir. Même si c’est très désagréable à vivre et que ça revient.

Si ça revient, c’est parce que vous êtes sans arrêt en train de vous soumettre à ces pensées, et vous croyez que c’est vous, surtout si ça vous renvoie à ces fameuses habitudes, ou pire encore à des évènements déjà vécus qui pourtant sont effacés de vos mémoires, et qui pourtant se manifestent à cause de l’habitude. Et là, vous êtes très mal parce que… d’autant plus si vous faites la différence avec ce que vous aviez vécu quand vous étiez dans la vibration du cœur ou des Couronnes, et l’instant où vous éprouvez cette contrariété émotionnelle ou mentale, ou cette tristesse, ou cette peur de quoi que ce soit. Ça vous montre que vous êtes encore identifiés, que vous n’êtes pas l’observateur parfait parce que l’observateur parfait, même d’une souffrance qui apparaît, même s’il doit s’en occuper, n’est pas concerné. Il sait pertinemment que ce n’est pas lui. C’est valable pour le corps comme pour les émotions, comme pour le mental.

Autre question.

Question : c’est un rêve. Je suis sous la charpente d’une grange, dans la ferme de mon enfance. La grange est vieille et le toit, prêt à s’écrouler. On m’a toujours défendu d’y jouer car c’était dangereux. Il y a mon mari, mon beau-père, ma fille et moi. Mon beau-père et moi sommes du côté le plus solide, mon mari en face. Tout à coup, je dis fermement : « Ça suffit. Vous verrez, on m’a toujours dit que ça s’écroulerait, et c’est maintenant. » Mon mari me tend la main et je l’aide à traverser. À ce moment, son père est de l’autre côté, mais il revient rapidement. Tout s’écroule et je dis : « Ça y est, j’en ai fini avec mon passé » et nous repartons joyeux, ma fille sautillant devant. Pouvez-vous m’éclairer notamment sur la présence de mon beau-père et mon mari ?

Oh le beau-père, c’est simplement parce que c’est le père de ton mari, donc si tu veux, il est porteur des mémoires transgénérationnelles. Par contre, ce qui est intéressant, que ce soit une maison moderne ou une vieille grange, le grenier sous la charpente, c’est quoi ? C’est la tête. Et on te montre là que ceux qui étaient dans la tête ne peuvent plus être dans la tête, en l’occurrence ton mari, parce qu’il te donne la main et il te rejoint à l’endroit où c’est solide. Ça veut pas dire que la tête est solide, ça veut dire simplement que tu n’es pas concernée par ce qui se produit au niveau de la partie solide, et que la partie qui devait s’écrouler, puisqu’on te l’avait déjà dit enfant, dans ton rêve s’écroule. Pourquoi le beau-père, ça je te l’ai dit.

Et comme tu le dis, la fin du rêve, c’est que tu sors de là et que vous êtes joyeux, si je peux dire. Vous souriez, c’est comme un nouveau départ. C’est-à-dire que le mental de ton mari comme de ton beau-père que tu as vus, à ce moment-là, dans ce rêve, fait une transformation radicale qui identifie le mental pour ce qu’il est, c’est-à-dire non pas quelque chose qui est vous et qui donc, petit à petit, vous détruit, mais qu’il est vu comme quelque chose d’extérieur à vous, dont on doit se servir pour mener à bien la vie dans ce monde mais qui n’a pas à être mêlé à aucun de vos états intérieurs.

C’est pour ça que nous vous disons toujours, quand vous vivez des expériences, vous pouvez poser les questions après mais quand vous vivez quelque chose, et surtout avec les Théophanies, ne cherchez pas à expliquer, à comprendre, à retenir ce qui se vit. Profitez de la Joie, de la béatitude, ne vous intéressez pas à autre chose, même si après vous pourrez revenir et jouer avec votre mental pour trouver quelque information ou explication. C’est la spontanéité de l’expérience qui fait sa durabilité et sa persistance, parce que dès que vous faites intervenir le mental pendant l’expérience, vous trafiquez l’expérience.

C’est pour ça que les processus qui sont à vivre – ils vous ont été développés, je crois, durant cette semaine – se passeront pour beaucoup la nuit, parce que là, votre mental, il fait dodo. Alors bien sûr, vous direz « c’est un rêve », au réveil, mais c’est absolument pas des rêves. Voilà ce que je peux rajouter. Donc le fait que ce soit une grange de l’enfance, c’est aussi tout ce qui est lié à la mémoire de ce monde.

Question : que signifie avoir un phœnix sur soi, sur les épaules et dans le dos, un long moment ?

Ah, j’aimerais savoir comment cette personne peut voir que c’est un phœnix. Je comprends pas vraiment.

Question : la sœur n’est pas présente.

Ah, parce que le phœnix, c’est une représentation, quand même, liée au Feu Igné. Donc porter un phœnix dans le dos avec un corps de chair, je crois pas qu’elle pourrait en témoigner, elle serait consumée instantanément. Donc c’est peut-être plus symbolique, c’est-à-dire que c’est le Feu de l‘Esprit qui la recouvre maintenant. L’impulsion Métatronique, le Feu Igné, le Paraclet et l’impulsion Ki-Ris-Ti qui est, si vous voulez… Le Phoenix, c’est le symbole de la résurrection, bien sûr, parce que l’animal renaît de ses cendres, c’est un être de Feu. C’est directement relié, le phœnix, à ce qui a été appelé les Néphilim.

D’ailleurs, vous retrouvez les mêmes consonnes, les mêmes prononciations au milieu, c’est normal, ça vient du sumérien. Néphilim, c’est de l’hébreu, et phœnix, c’est beaucoup plus ancien, et dans « phœnix », « Néphilim », vous voyez bien qu’y a le « F », et cette lettre « F » est très importante. Donc les Néphilim, ce sont les torches de feu ; le phœnix, c’est simplement la forme d’un oiseau, mais c’est aussi du Feu vibral. Donc, il me paraît difficile de porter un vrai phœnix.

Je pense que c’est symbolique, simplement. Ça signifie que le supramental, le Feu Igné, est là. Alors bien sûr, le phœnix, c’est aussi un archétype, un symbole si vous préférez, mais là, il faut pas le prendre au sens littéral parce que un phœnix agrippé dans le dos, y aurait plus personne en trente secondes, même libéré vivant.

Question : la nuit de la Pentecôte, debout près de mon lit, je regardais mon corps étendu sur le lit. Apparaît alors une petite porte dimensionnelle, à un 1,50 mètre de mon corps, débouchant sur un espace noir, sans forme. Je vois mon corps se mettre en lévitation et se diriger vers cette porte. Parallèlement à cela, je voyais aussi la scène depuis mon corps, sur le lit. Pouvez m’éclairer ? 

Oh oui, c’est pas un rêve, c’est une bilocation réelle. Et rappelez ce qui a été dit par Uriel, je crois, par d’autres aussi, les processus nocturnes vont prendre une sacrée importance parce que c’est le moment où votre mental n’est pas là, et donc tout ce qui se produit la nuit… Bon, bien sûr quand c’est des rêves, c’est des rêves, mais là c’est pas un rêve, même si le souvenir est celui d’un rêve, c’est-à-dire que ton corps physique sera emmené sur les Cercles de Feu et vivra l’Absolu au travers de la chair. Et la bilocation te donne la certitude, même si ton mental te dit que c’est un rêve, c’était pas un rêve.

Et d’ailleurs tu constateras que depuis ce rêve qui a été fait, ta posture de corps, comment tu te sens dans ton corps, dans ta tête, dans tes émotions, est profondément différente. Alors, je sais pas si la sœur est là, mais on pourrait demander. Mais c’est tout à fait comme ça que ça va se passer. Vous allez vous réveiller le lendemain avec un souvenir vague, voire plusieurs jours après – et pas au réveil –, qu’il s’est passé telle chose. Alors votre mental vous dira « c’est un rêve ». Et si vous regardez comment vous vivez depuis ces quelques jours écoulés, vous constatez que vous êtes différents dans votre corps. Vous vous sentez différents parce que c’est réellement un processus mystique qui fait partie des charismes dont le Christ vous a parlé, et la bilocation en est un, de ces charismes. Quand le Christ vous disait, y a quelques jours, que vous ferez des choses bien plus grandes qu’il faisait, oui, c’est évident.

Donc c’est pas un rêve que t’as vécu, même si tu le présentes comme un rêve, c’est une expérience réelle, et la meilleure preuve est que ton corps, ta conscience, tes émotions, tes pensées, tu as dû constater un changement. Rappelez-vous que dès que vous voyez votre corps, donc que vous êtes en dehors, que ce soit dans un corps d’Êtreté, que ce soit en conscience, vous êtes libérés de la peur de la mort, pas de la souffrance mais de la mort en tout cas. C’est ça qui est le plus important, parce que là vous vivez consciemment que vous n’êtes pas ce corps. Avant, vous ne pouvez que l’imaginer. Et ça, vous allez en voir et en vivre à la pelle durant ce mois-là. Ça a été expliqué, hein, durant toute cette semaine.

Question : depuis plusieurs mois, je suis réveillé la nuit par un froid intense allant jusqu’aux os, qui me fait trembler et me coupe la respiration, j’ai l’impression de mourir. Il suffit de me concentrer sur les mots : « Qu’il en soit fait selon ta volonté et non la mienne », pour que ça disparaisse et que je me rendorme. Est-ce une agression ou une invitation à partir ?

Vous voyez, l’habitude, c’est tout à fait ça : dès qu’il se passe quelque chose qui sort de votre connu, la première chose qui vous vient à la tête, surtout si vous êtes mal, c’est une agression, une entité. Vous voyez les habitudes comme elles ont la peau dure ? C’est ni l’un ni l’autre. C’est les processus mystiques qui ont démarré au mois de mars et qui maintenant sont suffisamment présents chez des frères et des sœurs en nombre important pour que nous puissions vous donner les explications. C’est la même explication : y a ni départ, ni entité, ni possession, ni rien, c’est ton éternité et ton éphémère qui se marient.

Alors bien sûr, la personne est, de par sa structure, même si vous, vous n’avez plus d’ego, est une structure physique qui fonctionne selon les principes de l’enfermement. Et ces sensations de froid, de vertiges aussi pour beaucoup, quand vous êtes allongés, l’impression de tourner (qui est très désagréable, je le conçois), c’est aussi le même processus. Alors bien sûr, qu’est-ce que vous faites dans ces cas-là ? Vous pensez qu’y a une entité, que vous êtes possédés, que vous résistez. Mais non, pas du tout, c’est exactement le même processus.

Si c’est dans la journée, ça va casser quelque chose. Si c’est la nuit, à moins de casser le lit, je vois pas comment on peut casser quelque chose, hein. Donc, qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez vivre des manifestations, parfois agréables comme dans le rêve précédent, parfois détestables, dans ce rêve, mais qui sont exactement la même chose. D’ailleurs, ce frère ou cette sœur le dit, il suffit qu’il dise ces quelques mots : « Que ta volonté se fasse et non la mienne » pour que tout se passe bien. Ça fait pas arrêter le processus, ça veut dire que ta conscience, au travers de cette phrase, est passée dans l’Éternité, et donc tu te rendors tranquille, quasiment immédiatement.

Les changements devraient être aussi constatés dans les journées, et c’est là où ça va poser problème, parce que pour la personne et les habitudes, vous allez vous dire : « Je comprends pas, dans la journée, je vais bien, alors que j’ai vécu des choses terribles la nuit. » Donc, vous constatez que vous changez, même par rapport à avant, et ça vous égare parce que vous, vous êtes obligés de réfléchir par rapport à ce que vous connaissez, les entités et tout ça. Mais ce n’est rien de tout ça, c’est juste les processus que nous vous avons décrits cette semaine qui sont à l’œuvre. Alors comme quelque part, même si vous êtes libérés, y a encore une conscience ordinaire, eh ben, c’est cette conscience ordinaire qui est déroutée et qui peut se poser des questions, bien sûr.

Donc aucune inquiétude dans les processus nocturnes, hein. Vu ce qui se déroule sur terre, vous n’avez, sauf cas précis, hein, mais de manière générale y a aucune possibilité pour être agressé la nuit. Parce que la Lumière est trop importante, sauf bien sûr si vous avez certaines configurations d’origine stellaire, de lignées, ou certaines configurations de peur ou de souffrance qui peuvent entraîner ce genre de manifestations. Mais le plus souvent, c’est uniquement les processus d’adéquation entre l’éphémère et l’Éternel, ça participe du processus de Libération. Alors, je comprends que se sentir glacé, c’est pas très agréable, de même que de se retrouver avec un vertige en s’allongeant, c’est pas très agréable.

Question : quelle est la signification de tomber et de se casser trois côtes du côté droit ?

Tout ce qui est du côté droit, je l’ai déjà dit, c’est quelqu’un qui n’a pas vu ce qui est à voir, et ça fait partie de tous vos traumatismes que vous avez vécus. Je crois que même ici, vous en avez certains qui ont eu des petits ou des gros traumatismes. Ne cherchez pas midi à quatorze heures, ne cherchez pas de cause noire ou d’entité, ou quoi que ce soit d’autre, puisque ça fait partie, justement, de l’installation de la Lumière. Changez de point de vue là aussi. Si dès qu’il se passe quelque chose que vous ne connaissez pas, vous dites « c’est le Diable » ou « c’est pas bien », vous risquez pas d’en sortir, parce que les choses bizarres, il va s’en produire, comme nous vous avons prévenus, de plus en plus, et faut bien vous acclimater à cette Éternité, avant même l’Appel de Marie.

Les portes sont ouvertes, donc c’est normal que vous voyiez les choses, mais s’il vous plaît, ne mettez pas tout sur le noir, ou sur les blessures, ou sur des cristallisations, puisque c’est exactement l’inverse. Le problème, c’est que l’ego croit que quand y a la Lumière, la Lumière doit faire en sorte que tout aille bien. Mais y a rien de plus faux, puisque c’est justement l’interaction entre la Lumière et votre personne qui déclenche ces cassures, ces traumatismes ou autre. Le gril costal droit veut dire qu’y a une anomalie au niveau du cœur. Pas le cœur organe, hein, mais c’est quelqu’un qui joue à l’Amour, qui est peut-être Amour, mais qui considère ça comme quelque chose de moral ou de social, mais qui a pas vu la vérité de l’Amour de son propre être. C’est quelqu’un qui ne s’aime pas suffisamment et qui a tendance, de manière générale, à jouer un rôle, d’être très gentil, très convivial, très social.

Le fait que ce soit le gril costal du côté droit, qu’est-ce que vous avez du côté droit, même si c’est les côtes inférieures ? Vous avez la Porte Vision et vous avez l’âme, la Porte AL. Donc, c’est quelqu’un qui est pas noir, c’est pas quelqu’un qui a fait des fautes ou des erreurs, c’est quelqu’un qui ne voit pas ces fameuses habitudes de comportement qui gênent la Lumière. Et y a pas de manière plus directe, je dirais, de casser les habitudes, que d’agir sur les os. Mais c’est pas la Lumière qui décide de le faire, ça se produit comme ça quand il y a ce que je viens de dire, par exemple quelqu’un qui est tellement dans l’habitude, quelle que soit l’habitude, qu’il n’a pas la capacité de voir. Et ça renvoie, bien sûr, à des choses plus archaïques. Mais dans l’intérêt du moment, c’est pas ça, et c’est toujours, surtout quand y a cassure, hein, c’est surtout une libération.

D’ailleurs ceux qui ont été cassés, quelque part, ou qui ont eu des entorses ou autres, peuvent vous le dire, malgré les tracas, les douleurs et tout, que leur conscience se repositionne, chose qu’ils n’auraient pas pu faire eux-mêmes, aussi bien en tant que personne que depuis le Soi. C’est le même principe, tout dépend du point de vue. Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle naissance. Donc, si vous êtes chenille, ben vous réagissez comme ça. Si vous êtes papillon, vous savez que c’est la naissance. Et comme vous avez fait le yoyo de l’un à l’autre et que maintenant c’est plus possible, ça se résout de cette façon. Donc, en aucun cas c’est des cristallisations, en aucun cas c’est des erreurs.

Et c’est la Lumière qui fait ça, non pas de manière vicieuse mais lors de l’éclairage. C’est une invitation, quand il vous arrive quelque chose comme ça, à voir clair, et c’est la cassure qui vous permet de voir clair ; la cassure, ou l’entorse, ou le blocage d’un organe aussi, c’est exactement la même chose. Donc l’habitude veut que quand vous avez quelque chose et que vous êtes spirituels, comme on dit, vous allez toujours chercher une cause ailleurs, c’est-à-dire dans votre histoire, dans le karma, dans ce que vous voulez. Mais c’est une erreur d’aller chercher ça, il faut accepter et voir.

Et d’ailleurs, si vous vous posez calmement et que vous observez comment vous êtes après, ben vous allez voir que ça vous fait redescendre illico dans l’humilité, hein. Et surtout, ça vous met au repos parce qu’y en a parmi vous, quand même, pour qui la Lumière a besoin qu’y ait plus de temps consacré à la Lumière qu’à leurs activités, maintenant. Pour eux, pas pour une quelconque punition, ou une quelconque résistance, bien au contraire. C’était le cas pour les douleurs des épaules, c’était le cas, quand j’ai parlé du membre inférieur droit, mais maintenant j’avais dit que ça allait toucher l’axe central, et en particulier au niveau des Portes. Donc si vous êtes tapés ou que vous vous tapez sur une Porte, remerciez, et ne laissez pas vos habitudes mentales prendre le dessus pour vous dire « qu’est-ce que j’ai fait comme bêtise ? ».

C’est pas des bêtises que t’as fait, simplement des habitudes qui étaient un peu trop tenaces. Des habitudes que vous aviez peut-être prises, indépendamment de tout cheminement spirituel, ne serait-ce que pour vous faciliter la vie, or l’habitude, sur un plan archétypiel, la routine, c’est ce qui empêche le neuf, c’est ce qui empêche la spontanéité. Ça vous fait gagner du temps parce que c’est automatique, mais ça fige certaines choses. Et d’ailleurs, toutes les habitudes que certains parmi vous conservent, comme par exemple de manger à telle heure, d’aller dormir à telle heure, de faire les choses à telle heure… Ça aussi, c’est des habitudes un peu vicieuses – parce que c’est pas des mémoires, c’est quelque chose que vous ne voyez pas –, qui vous simplifient la vie ou qui vous donnent l’impression d’être bien, mais qui figent votre liberté.

Donc dans ces cas-là, ben vous allez faire des maladies. C’est pas une punition, vous voyez la différence ? C’est la façon dont vous voyez ce qui vous arrive qui est fausse. C’est une invitation de la Lumière à être plus tranquilles, à ne pas être conditionnés, même par vos habitudes qui pourtant vous ont fait du bien. Ça va être, pour un végétarien, de manger une côte de porc, par exemple, d’un seul coup, comme ça, une lubie. C’est ne pas être rigides – la Lumière n’est jamais rigide. Bien sûr, il faut une certaine… comment dire, une certaine discipline, mais la discipline, c’est pas de la rigidité. Déjà, de mon vivant, combien de fois je me suis énervé, quand je faisais quelque chose, d’autres en faisaient un rituel, derrière, et ils rentraient dans l’habitude. L’habitude, c’est très satisfaisant parce que le corps, il aime bien ça, mais par contre ça entraîne une léthargie de la conscience parce que la conscience, étant dans l’habitude, même si c’est rassurant pour votre corps, pour votre vie, c’est un obstacle pour la Liberté. Parce que ça vous conditionne et ça rigidifie.

Être libres, c’est pas respecter un horaire, quel qu’il soit. Bien sûr, quand c’est une interaction et un rendez-vous, faut être à l’heure, mais quand ça vous concerne vous tout seuls, ne vous mettez pas des barrières vous-mêmes, ne créez pas des habitudes qui vont vous rendre esclaves dans cette période de libération. Que ce soit de sommeil, de manger, de comportement ou de quoi que ce soit. Soyez spontanés : vous avez faim, vous mangez ; c’est l’heure de manger, vous n’avez pas faim, vous mangez pas. Votre corps ne s’en portera que mieux. Vous avez l’habitude de faire votre méditation à 7 heures tous les soirs, parce qu’y en a parmi vous qui ont gardé cette habitude, sortez de cette habitude. Mettez votre réveil à 2 heures du matin et faites ça à 2 heures du matin, pour casser le cercle vicieux des habitudes.

Les habitudes, c’est bon pour la matière. Quand vous conduisez votre voiture, ben y vaut mieux avoir l’habitude de voir la première où elle est, mais en ce qui vous concerne, personne n’a jamais dit d’être réguliers dans cet esclavage des habitudes. L’habitude, effectivement, bloque la Lumière. Si vous êtes spontanés, je parle pas de laisser exprimer les émotions, mais si vous êtes spontanés pour vivre la Lumière, votre corps, votre conscience, vous donneront les bons signes, et vous mangerez à l’heure que vous voulez, vous ne serez pas tributaires de ces rythmes de temps.

Ce que je veux dire par là, c’est que si vous vous imposez des rythmes… y a déjà suffisamment de rythmes à suivre par rapport à la journée : se lever le matin, aller travailler, payer ses impôts, tout ça c’est les habitudes aussi, mais au niveau de votre comportement avec vous-mêmes par rapport aux habitudes que vous avez peut-être prises, il serait bon de voir dans quoi ça vous enferme. Vous ne pouvez pas être légers, même si vous êtes libérés, si vous avez des habitudes trop rigides. Hein, vous savez, les frères et les sœurs qui disent : « ça doit être comme ça ». Qui est-ce qui dit « ça doit être comme ça », si ce n’est les reptiles ? La Lumière, elle dit jamais « ça doit être comme ça ». C’est comme c’est, quoi que vous en pensiez. C’est la Liberté.

Dès que vous laissez libre cours à des habitudes, parce qu’elles vous facilitent la vie, que ce soit même pour les couleurs des vêtements, que ce soit… par exemple vous voulez porter que du blanc ou que du noir, et vous portez une autre couleur, vous êtes stabilisés. Mais ça, il faut rompre ces cercles vicieux. C’est pas grave, mais ça représente quand même des petites gênes. La Lumière, elle est totalement spontanée dans ce qui sort de vous. Vous êtes capables de faire la différence, par exemple, entre un être qui cogite et qui va exprimer le résultat de ses cogitations, et celui qui s’exprime dans la spontanéité, sans penser, sans réfléchir – c’est le Verbe. Mais si vous-mêmes vous conservez vos petits tics, vos petites habitudes, parce que c’est confortable, ben vous vous privez de la Liberté aussi à ce niveau-là.

Bien sûr, vous pouvez pas vous réenfermer, mais la clarté intérieure doit vous permettre de voir ça, sauf que comme je disais, quand c’est des habitudes, vous les voyez plus. Vous le faites parce que c’est comme ça et que ça doit être comme ça. Mais qui dicte ça, si ce n’est votre personne ? La Lumière, elle n’a que faire de cela. Le corps, il n’a pas besoin, contrairement à ce qu’on vous a dit, d’être nourri à heures fixes. Bon, bien sûr, je faisais ça de mon vivant, mais les circonstances sont pas les mêmes. Ne faites pas perdurer ce qui n’a pas lieu de perdurer. C’est pas parce qu’un jour il était vrai que telle chose devait être à tel endroit et que vous, vous deviez faire telle chose à telle heure, qu’aujourd’hui c’est vrai, bien au contraire. Sans ça elle est où votre spontanéité ? Il est où votre Abandon à la Lumière et à la volonté de la Lumière, que ce soit pour manger, pour parler, pour n’importe quoi ?

Alors bien sûr, je vois d’ici des pensées reptiliennes qui me dit « mais on a quand même besoin d’ordre ». Mais l’ordre de la Lumière ne te suffit pas ? Qu’est-ce que vous risquez ? La plupart des habitudes sont des stéréotypes, si vous voulez, qui n’ont plus lieu d’être, et vous, vous vous figez dans le fait de faire ça à telle heure, ça à telle heure, dans votre vie intime, je parle pas des rendez-vous. Quand on vous donne les rendez-vous à telle heure, il faut être là parce que ça concerne tout le monde, mais quand ça vous concerne vous, individuellement… Regardez vos habitudes, ou vos goûts ou vos dégoûts, ils ne font que traduire cela.

Laissez libre cours, ça a été dit, à la spontanéité. Et d’ailleurs votre corps, aujourd’hui, qui se remplit de particules adamantines, il a horreur, même en étant encore dans l’éphémère, de tout ce qui est habitude. Chaque instant est neuf dans la Liberté, chaque instant est créé instantanément et il n’y a aucune habitude. C’est ce que je disais : « Aime et fais ce qu’il te plaît. » C’est pas le plaisir de la personne. Si tu aimes, tu es plus une personne, et quand je dis : « fais ce qu’il te plaît », c’est : accueille les symptômes de ce qui se présente : j’ai faim, j’ai soif. Et pourquoi pas dormir la nuit, si t’as très sommeil, d’attendre le soir pour aller te coucher ? Fais ta nuit à 2 heures de l’après-midi, y aura d’autres choses intéressantes à faire la nuit.

Mais non, vous êtes tellement, et nous sommes tous conditionnés, que nous dormons la nuit, il faut dormir à telle heure. Et je le disais aussi quand j’étais incarné : la meilleure énergie, c’est si vous dormez avec le coucher du soleil et que vous vous levez avec le lever du soleil. C’était vrai mais ce n’est plus vrai, parce que vous n’êtes plus dans des circonstances ordinaires. Alors, c’est la Lumière qui décide ce que vous êtes ou les habitudes que vous avez prises ? Cela vous soulagera, pour beaucoup, d’un grand poids. Et je parle des habitudes même les plus dérisoires, parce que vous allez rendre plus plastique le fonctionnement de votre cerveau, vous allez limiter l’influence du cerveau archaïque, et vous allez être libres, vous allez renforcer cette liberté.

Y a rien de pire, même dans la spiritualité, par exemple, même si nous vous y invitons en certaines occasions maintenant, quand Marie est venue, ou les Théophanies ou les Radiances du jeudi. Mais on ne veut pas vous faire rentrer là-dedans, d’abord parce que c’est plus le moment, mais parce que ça sert à rien de faire des choses qui se reproduisent, comme ça, trop longtemps. Comme ça, vous en faites une habitude, et quand vous en faites une habitude, c’est devenu routinier, y a plus de neuf, y a plus de spontanéité là-dedans. Ça concerne n'importe quoi, même les faits les plus insignifiants que vous vivez en ce monde.

Autre question.

Question : avec une chorale, nous préparons un concert ayant pour thème l’amour dans la poésie et la musique. Amour humain et amour dédié au Divin avec l’Evening Service de Purcell et l’Alléluia du Messie de Haendel. Avez-vous des remarques par rapport à ce répertoire dit sacré ?

Des remarques ?

Il y a une deuxième question qui fait suite.

Parce que là je vois pas quoi répondre à ça.

Question : peut-on demander à la Lumière d’illuminer ces œuvres pour chanter en toute sérénité ?

Oui, et si ils sont opposés à la Lumière, tu vas te prendre un retour terrible. C’est la même chose que de pas parler à vos proches de la fin des temps, s’ils veulent pas en entendre parler. Vous ne pouvez sauver personne. Et d’ailleurs, y a une question qui a été posée là-dessus à laquelle j’ai répondu en début d’entretien, concernant une Théophanie sur les chefs d’états. C’est la même chose. Soyez vous-mêmes la Lumière et arrêtez de vouloir projeter la Lumière. Qui est-ce qui projette la Lumière ? C’est Lucifer, avant qu’il soit rédempté, le « porteur de Lumière ». Vous n’êtes plus simplement des semeurs, des ancreurs de Lumière, ni même des porteurs de Lumière, parce que quand vous projetez de la Lumière, c’est encore un acte de volonté égotique.

Celui qui est la Lumière, il se contente d’être là, il a aucune intention, et pour ce concert, se produira ce qui se produira, mais si tu commences à vouloir mettre de la Lumière sur quelque chose qui n’en veut pas, en l’occurrence des frères et des sœurs, tu violes leur liberté. Pourquoi vouloir que les autres soient Lumière ? Laissez-les libres. De toute façon vous serez tous Lumière, donc y a pas à s’inquiéter.

Rendez-vous compte, quand vous dites « je projette ou j’envoie la Lumière », c’est-à-dire que vous considérez que vous envoyez quelque chose d’extérieur à vous. Mettez-vous dans le cœur, réalisez une Théophanie avec la situation ou la personne, accueillez tout ça dans votre cœur, mais c’est pas un mouvement d’extériorisation de la conscience, c’est un mouvement qui va dans le sens vers l’Éternité. Tout ce que vous faites entrer en manifestation, dans un but avoué, ou pas, c’est encore l’ego qui parle.

Si tu es Lumière, tu vas constater par toi-même que tout est Grâce autour de toi, et en toi. Tu n’as pas besoin d’entreprendre quoi que ce soit, tu as besoin d’être en paix, en félicité et en sérénité. C’est tout. Ces travers-là étaient encore possibles y a un an ou deux, mais c’est fini tout ça, et vous devez vous en rendre compte par vous-mêmes à travers les expériences que vous menez dans cette période. C’est pareil que pour les fractures, c’est pareil pour les traumatismes du corps, ou les traumatismes familiaux, affectifs ou autres, pour ceux qui en vivent.

Autre question.

Question : que pensez-vous de la voie de la connaissance de soi initiée par Douglas Harding, appelée « la vision sans tête », et des exercices qu’il a mis au point consistant à retourner la flèche de son attention de 180 degrés pour découvrir ce que je suis au centre ?

Oui, c’est l’observateur, tel que le disait Bidi, c’est exactement la même chose. Mais rappelez-vous, l’observateur doit aussi disparaître. Il faut voir l’observateur, se vivre l’observateur, et comme Bidi le disait, jusqu’à vous apercevoir qu’y a ni scène de théâtre, ni spectateur, ni théâtre. Le risque, pour tous ces gens qui ont donné ces techniques, et d’ailleurs même sur les enseignements spirituels beaucoup plus structurés que ce qu’a donné ce monsieur, vous avez des vérités qui sont énoncées, mais rappelez-vous que toute vérité, sans connaître la finalité, ne sert à rien. Elle ne fera, en définitive, que vous enfermer. C’est ce qu’ont fait toutes les religions et c’est ce qu’ont fait la plupart des maîtres spirituels présents sur cette terre. Même des grands êtres, même nous, Anciens. Vous savez, les êtres réellement libérés, de mon temps, mais y en avait un par siècle. Aujourd’hui, vous êtes des millions à vivre ça.

Question : cela peut-il être une aide pour ceux qui sont encore identifiés au corps et à la personne ?

Bah ça va être compliqué parce que, comme je viens de dire, l’histoire de cette vision sans tête vous fige à une étape. Si vous avez accepté, par contre, que ce monde (vous le voyez, ou pas) va disparaître, parce que vous voyez bien les évènements qui s’y déroulent, que j’avais annoncés déjà depuis très longtemps ; d’ailleurs Peter Deunov, qui s’appelle Orionis, aussi avait décrit le Feu du ciel qui arrivait. Tout sera régénéré, mais pas dans la même dimension, c’est là l’escroquerie. Donc, si vous dites pas, si vous n’êtes pas au courant, si vous n’acceptez pas la fin – votre fin –, mais la fin de ce système, comment voulez-vous trouver l’Inconnu ? Vous restez dans le connu. C’est toujours pareil, un enseignement vrai, dont la finalité n’est pas dite ou s’arrête en chemin, aujourd’hui est autant une falsification que le reste.

Mais ceci dit, c’est déjà bien d’arriver au Soi, c’est-à-dire que jamais la vision sans tête vous fera disparaître. D’ailleurs, quand vous disparaissez, c’est bien beau, vous le voyez bien qu’y en a parmi vous qui disparaissent depuis des années en écoutant, et nous avons toujours dit que c’était le meilleur témoin de votre libération à venir et de votre liberté à venir, mais si vous vivez réellement le cœur, vous n’avez pas à attendre d’être libérés par l’Appel de Marie. Donc ça doit se traduire dans votre vie, surtout maintenant qu’y a les Théophanies. Et ça se traduit comment pour celui qui est libéré maintenant avec les Théophanies ? Avec une Paix, une béatitude, une félicité que rien ne peut venir déplacer, quels que soient les évènements. Donc si vous êtes comme ça aujourd’hui, vous êtes libres, quelles que soient les vibrations, l’Onde de Vie, le Canal Marial ou autre. Sans ça, vous êtes libérables à l’Appel de Marie, ou après le grille-planète final.

Donc ne vous arrêtez pas en chemin. Ce qui fera la différence, c’est l’acceptation, ou pas, de la disparition de la personne, c’est-à-dire ce qui a été nommé la stase mais qui en fait est votre mort – et votre résurrection. Si vous n’avez pas accepté votre mort, vous ne pouvez accéder et accepter la résurrection, c’est aussi simple que ça maintenant. C’est pas une question de vibrations, d’expansion de conscience, c’est parce que vous n’êtes plus dans les temps où il fallait installer ce Soi, changer les choses, vous êtes en période où y a plus de choses. Nous vous le disons : l’Appel de Marie peut survenir très vite, c’est plus le moment de jouer avec ça. Sans ça, vous vous fixez encore un but et un objectif et, donc vous sortez vous-mêmes de la Vérité parce que vous considérez que vous avez un objectif ou un but, alors que tout est là. C’est un défaut de positionnement de la conscience et du point de vue.

Par contre, dès que vous avez acquiescé, en votre âme et conscience je veux dire, à votre propre finalité et à la finalité collective, soit parce que vous le voyez autour de vous et que vous avez les connaissances scientifiques réelles, et vous savez ce qui se déroule, et, comme je l’ai dit, c’est un processus d’extinction global, c’est pas simplement l’arrivée de Nibiru, l’arrêt de rotation de la Terre, et tout repart comme avant. Y a rien qui repart. Ça repart pendant 132 jours et c’est tout. C’est pareil que quand vous mourez, de maladie – de longue maladie, pas d’accident, parce que là vous avez pas le temps –, vous savez très bien que tous vos proches qui sont morts, le plus souvent s’accrochaient à la vie et étaient dans le déni ou la colère, ou la négociation : « Oh, ça serait bien si je partais pas maintenant mais que ça attende quelques mois ». C’est fini tout ça.

Donc essayez, si possible, surtout par rapport à ce que vous êtes, de ne pas vous mettre d’objectifs décalés dans le temps ni de but à poursuivre, parce que là vous re-rentrez dans la recherche spirituelle ou la recherche d’Éternité. L’Éternité ne peut pas se chercher ; elle se découvre en soi, ou elle ne se découvre pas. Ce principe d’acceptation de votre finalité et de la finalité collective de ce monde est indispensable. En plus, c’est quelque chose avec lequel vous ne pouvez pas tricher. Autant vous pouvez dire « je suis dans le cœur » et être dans l’apparence, mais accepter la finalité de votre corps, de cette conscience éphémère, et de ce monde, c’est un sacré remue-ménage.

Parce qu’y en a qui veulent y croire, et puis ils y ont tellement cru qu’ils ont vu qu’il s’est rien passé durant ces années ; maintenant, ils deviennent à l’opposé de la Lumière – parce que c’est eux qui attendaient la fin, qui étaient pressés d’en finir. Mais maintenant, il faut accepter avec lucidité. Vous avez suffisamment de marqueurs dans votre vécu, par les disparitions entre autres, vous avez suffisamment de marqueurs au niveau des volcans, au niveau de ce qui se passe en ce moment même, ces jours-ci, là, aujourd’hui, à cette heure où je vous parle. Regardez ce qui se passe en Antarctique, vous verrez bien. Et comment… y a une expression populaire que j’aimais bien, qui existe déjà depuis certaines années, quand vous dites que « tout part en sucette ». C’est exactement ça. Vous n’aurez rien où vous raccrocher de ce qui est connu. C’est exactement ce qui se passe quand vous mourez, non ? Vous pouvez pas emporter votre corps, vous pouvez pas emporter votre porte-monnaie, votre chéquier, votre maison, votre mari, vos enfants. C’est seul que ça se passe.

Et nous vous disons que le processus de la stase, qui est une extase, c’est aussi la mort du corps, et la résurrection du corps. C’est pour ça que je riais bien, quand y en a parmi vous qui se demandaient comment ils allaient faire pipi, ou manger, ou éviter qu’ils soient mangés. Mais ça a aucune importance puisque vous êtes morts et que nous vous avons bien dit que c’était pas tout le monde qui récupérait un corps physique, après, au moment de la résurrection. Et que ça ne faisait aucune différence, que votre conscience soit totalement dans le corps d’Êtreté et que votre corps ait disparu, c’est-à-dire que vous allez vous réveiller, vous allez vous lever, vous allez vous retourner, vous allez essayer de vous palper et vous allez dire « mais il est où mon corps ? ». Ah bah il a disparu. Qu’est-ce que vous faites dans ces cas-là ? Vous pleurez sur quelque chose alors que vous êtes toujours vivants ? C’est pas une image, hein, ce que je vous dis, c’est la réalité.

Y en a qui se voient, maintenant, dans les processus nocturnes. La différence, par rapport aux premières questions sur le rêve de celle qui vit cela de manière paisible et l’autre personne qui a des frissons, qui est glacée la nuit. Et pourtant, c’est le même processus, tout dépend de là où vous êtes en conscience. C’est pour ça qu’il était extrêmement important de vous parler du processus final, et ce, depuis le début. Parce que, bien sûr, vous pouvez toujours douter, vous avez même pu faire demi-tour l’année 2012, quand vous n’aviez pas vécu la fin de ce monde, comme certains le projetaient, au 21 décembre. Mais moi, je vous avais déjà dit, dès septembre, que vous auriez des soucis.

Le processus était finalisé bien avant 2012, au niveau de la Terre. Il a été finalisé au moment de la Libération de la Terre, il restait juste à l’actualiser. Et maintenant, vous êtes… combien d’années ? Presque cinq années après, tout est fini, et pourtant votre corps, il est encore là. Il faut vous habituer à l’Éternité, avant de mourir si possible – et de renaître. Mais vous imaginez bien que si nous avions dit que la stase, c’était l’arrêt de toutes les fonctions corporelles et donc, sur un plan strictement de ce plan où vous êtes, ça s’appelle la mort. D’ailleurs il est fait état, dans la Bible, de ce qui est nommé les deux Témoins, qui eux aussi doivent passer par la mort durant les trois jours, dans des circonstances particulières. Mais vous aussi, vous mourez tous, et vous renaissez dans votre corps d’Éternité, que le corps physique soit là ou pas.

Mais si je vous avais dit ça… au moment où je parlais du grille-planète, c’était déjà assez affolant pour beaucoup, mais nous savons ce que nous faisons, nous ne faisons rien par hasard. Si vous regardez maintenant tout le chemin qui a été parcouru depuis toutes ces années pour vous, à travers tout ce qui a été délivré, vous en voyez l’architecture, la finesse. Mais ça, vous ne pouvez le voir que maintenant. Vous voyez d’ailleurs que des choses qui vous ont été dites, y a sept ans, y a dix ans, trouvent aujourd’hui toute leur résonance, et pas à l’époque, parce que votre point de vue n’était pas le même.

Et d’ailleurs je vous rappelle que beaucoup de frères et de sœurs qui ont fait des expériences de mort imminente, quand ils sont ramenés à la vie, ils vous disent qu’y a un seul enfer : c’est ici. Quand ils rentrent dans leur corps, ils ont l’impression de rentrer dans un cadavre, même par rapport au corps astral, quelque chose qui est gluant, qui est froid, qui est figé, qui bouge pas. Et les processus qui se passent la nuit, agréables ou désagréables, vont vous donner une nouvelle légèreté, je l’ai dit.

L’ego, la personne, et surtout chez les occidentaux, la mort, c’est quelque chose de terrible parce que vous avez perdu l’aspect collectif. Par exemple pour les bouddhistes, pour les Japonais, la mort n’est rien, c’est pour ça qu’ils se faisaient hara-kiri sans problème, mais pour un occidental, la mort, faut voir de quoi c’est entouré. Il faut pas souffrir, faut pas être angoissé pour mourir. Mais moi je vous dis, c’est exactement l’inverse. Et tant mieux si vous vivez cette angoisse maintenant, tant mieux si vous êtes saisis d’effroi. Et tant mieux même, je dirais, si vous vous êtes détournés, parce que vous l’avez entendu ; même si vous reniez tout ça, c’est inscrit en vous et nous n’avons aucune inquiétude pour ces frères et ces sœurs. Nous n’avons d’ailleurs aucune inquiétude pour personne. Mais bon, c’est dommage de passer 132 jours en maison de correction, quand même.

Allez, autre question.

Question : question d’un frère : je vois clairement la peur de ne plus voir mon fils et mon attachement à lui. Cela entraîne une forme de soumission à sa mère. Comment transcender cela ?

Ah c’est une sœur, c’est-à-dire c’est une mère. Mais malheureusement, une mère, et vous l’avez chez les animaux, chez les insectes, c’est ce qu’on appelle l’instinct maternel, et vous ne pouvez pas lutter contre ça parce que cet instinct maternel fait partie de l’enfermement. Marie, bien sûr, est notre mère à tous et elle a une responsabilité par le fait qu’elle crée l’expérience sur cette terre, de la conscience. Je vous l’avais dit, une conscience créatrice accompagne sa création tout le temps que dure l’expérience, même si y a des évènements intercurrents comme ce qui s’est passé y a 300.000 ans. Ça fait partie de la responsabilité de la création.

Bien sûr, Marie n’a pas créé votre âme ni votre Esprit, mais elle est votre mère tant que vous êtes dans la chair, parce que vous êtes porteurs de son ADN, tout simplement. Mais quand vous n’avez pas d’ADN, au-delà de la 3D, et qu’y a que de la Lumière, vous n’avez ni papa, ni maman, ni parents, ni grands-parents, ni quoi que ce soit. Vous voyez que ça vous est inconnu. Vous pouvez pas adopter les règles de ce monde pour l’autre côté, sans ça, vous vous trompez lourdement.

Maintenant, je suis désolé, mais cet instinct maternel fait partie de votre constitution en ce monde. D’ailleurs c’est pour ça que la plupart des mystiques, dans l’ancien temps, c’est-à-dire avant l’arrivée de l’Esprit saint, n’envisageait pas d’avoir mari, femme et enfants, parce que c’est un enchaînement, un enfermement, de leur point de vue. Bien sûr, pas du point de vue de la maman qui a un enfant. Donc bien sûr que à ce niveau-là… mais c’est pas pour rien si vous arrivez dans les processus qui sont à vivre aujourd’hui avec un enfant et cet attachement. C’est justement là ce qu’il faut résoudre, c’est pas par hasard.

Mais je suis parfaitement conscient, mais je vous l’ai dit tellement de fois que « vos enfants n’étaient pas vos enfants ». Mais malheureusement vous ne pouvez rien y faire parce que c’est inscrit dans la structure des mammifères. Jusqu’à preuve du contraire, quand nous sommes incarnés, nous sommes des animaux, porteurs de Lumière à l’intérieur mais le véhicule est un véhicule animal avec toutes les règles de ce monde. Et certaines règles de ce monde ne peuvent pas être transformées jusqu’à l’Appel de Marie, cet exemple de l’attachement aux enfants en est un.

Donc, j’ai aucun conseil, faut assumer. Ou alors accepter que tes enfants ne sont pas tes enfants et leur accorder leur liberté. Parce que souvent, même si une maman, surtout quand les enfants grandissent, hein, elle a l’impression qu’elle est attachée à son enfant, qu’elle doit l’aider et tout, mais c’est souvent la mère qui crée cette empreinte à la fille, ou au fils. Rappelez-vous : c’est celui qui dit qui est. C’est-à-dire que quand une sœur dit qu’elle est attachée à ses enfants et qu’elle sait pas comment elle va faire, oui, c’est elle qui a créé le lien d’attachement, c’est pas l’enfant, et vous assumez ce lien que vous avez créé, qui va bien au-delà de l’instinct maternel, c’est-à-dire que vous considérez encore que vos enfants vous appartiennent. Le corps, oui, tant qu’ils sont enfants.

Comment voulez-vous rendre autonomes et libres ces enfants, par vos comportements, de manifester encore un tel attachement. Alors pour un bébé, c’est normal, puisque l’instinct maternel est présent chez tous les mammifères. L’avantage de l’animal, c’est que un animal reconnaît son enfant tant qu’il est petit, mais dès qu’il devient mature, la notion d’enfant ne s’inscrit plus dans son cerveau, ce qui est pas le cas pour l’humain. Eh oui, mais je vous ai toujours dit que quand vous allez dans la Liberté, au-delà de ce plan, mais vous n’avez ni parents, ni enfants, ni personne avec qui vous êtes en lien héréditaire. C’est spécifique au monde enfermé, ça. C’est pour ça que ça me faisait bien rire, à plusieurs reprises, quand vous posez des questions par rapport à votre rôle en ce monde. Vous devez le jouer jusqu’au bout, mais une fois que vous êtes libres, y a rien qui tienne, y a aucun attachement qui tienne.

L’instinct maternel, tout aussi magnifique soit-il, appartient à la personne, au corps de chair et donc à l’ego. Et la plupart des mères affectives, protectrices et tout, n’ont en fait qu’un problème à leur propre féminin. Alors bien sûr, c’est présenté de manière plus agréable : c’est l’instinct maternel, le besoin d’aimer, de protéger, de servir, d’aider, mais derrière ça il se cache d’autres choses. Ça vous renvoie nécessairement, mesdames, à vos blessures vécues vous-mêmes dans l’enfance, dans la relation à votre propre mère, même si c’est pas transgénérationnel, et surtout à ce qu’est le Féminin – et surtout le Féminin sacré. Vous avez des poètes qui vous l’ont dit bien avant moi : « Vos enfants ne sont pas vos enfants. » Parce que ce poète-là voyait derrière les apparences, et derrière les conventions de la matière, des liens familiaux, comme vous dites.

Et d’ailleurs, expliquez-moi comment vous allez faire. Imaginez que vous ayez un couple avec des enfants adultes, qui se retrouvent, avec ou sans le corps, sur les Cercles de Feu. Y en a un qui vient de tel endroit et l’autre qui vient de tel endroit. Vous croyez que vous allez avoir des difficultés à vous quitter ? Absolument pas. Et d’ailleurs vous avez certains, parmi vous, qui ont des enfants d’un certain âge, et ils vous remettent d’ailleurs à une place, hein. Ils veulent pas de vos histoires d’éducation, de parents, d’ordre, d’autorité. C’est fini, surtout si ils ont dépassé les quatorze ans. Pourquoi est-ce que vous voulez encore fonctionner à l’ancienne ?

Vous ne leur rendez pas service, à vos enfants que vous aimez et chérissez tant. Vous les maintenez dans l’esclavage, dans le lien. Vous appelez ça… alors bien sûr quand ils sont petits, c’est l’instinct maternel, et puis après y a les habitudes liées au corps de chair, et si vous y mêlez votre conscience, même si vous avez l’impression d’aimer, de servir et d’aider, vous tissez des liens qui sont des poisons pour après. Peut-être pas pour vous, si vous êtes libérés, mais pour ceux que vous avez nourris de cette façon-là. C’est ce que vous voulez ? C’est pareil pour les maris et les femmes, hein, pour les amis aussi.

Une fois l’Appel de Marie passé, surtout si vous êtes sur les Cercles de Feu, si vous êtes partis avant parce que votre corps est mangé, ou que vous êtes Absolus, y a plus de problème, mais sur les Cercles de Feu, même si vous vous retrouvez en famille, si je peux dire, vous verrez bien que vous n’avez plus les liens. Vous n’y penserez même plus. C’est pour ça que vous ne pouvez pas vous fier à ce que vous connaissez pour anticiper l’Inconnu ou pour le préparer, vous ne pouvez que le vivre. Mais projeter que vous allez vivre avec votre mari, ou continuer à vous retrouver de l’autre côté quand vous serez libres, c’est une hérésie. Y a aucun lien qui tienne dans la Liberté, c’est que la personne qui a besoin de ça : la famille, les enfants, le mariage, la sexualité, le fait de manger et tout. C’est ce que j’ai parlé, c’est les fameuses habitudes sur lesquelles vous ne pouvez rien, parce que c’est les habitudes de la matière et de l’enfermement.

Autre question.

Question : le dimanche de Pentecôte, avant de me lever, j’ai réécouté Bidi. Sa voix me berçait, j’étais dans la Lumière sombre. Je me sentais flotter sans bouger, le mental ne s’est pas manifesté. Cela a duré longtemps car Bidi avait cessé de parler. J’ai senti le côté gauche de mon corps se compresser vers la droite. Je me suis abandonné à cela, rien ne perturbait ce présent vide et je me sentais en plénitude. Je me sentais vraiment chez moi, l’Amour remplissait tout…

Bah oui, c’est tout à fait ça…

Question : … lorsque j’ai ouvert les yeux, cette plénitude était toujours présente, avec un mental totalement absent. Pas une seule pensée de la journée. Depuis, la sérénité est présente et j’observe mon mental qui vient de temps en temps, sans s’installer vraiment. Quels éclairage pouvez-vous apporter sur ce vécu, et conseils au regard du mental qui revient parfois ?

Mais le mental, il sera présent jusqu’à ton dernier souffle, hein, chère sœur ou frère. Heureusement, sans ça comment voudrais-tu faire les choses de ce monde ? Sans mental, c’est pas possible. Mais, le fait de le voir, signe que tu n’es plus identifié à ton mental. Et ce que tu décris comme expérience, c’est l’Absolu, qu’est-ce que tu veux que ce soit ? Surtout qu’en revenant, tu gardes cet état. C’est pas une expérience, c’est l’Absolu. Voilà. Donc ça a été suffisamment clair, et éclairant, ce qui a été vécu, puisque tu constates les effets, au retour, qui durent. Ce qui te permet de voir ton propre mental. Mais nous n’avons jamais dit que le mental doit disparaître pour ne plus réapparaître, il disparaît pour vous laisser vivre l’Éternité, mais après c’est plus le mental qui commande et vous dites à ce moment-là que vous voyez votre mental à l’œuvre parce que vous n’êtes plus le mental. Si vous êtes le mental, vous ne pouvez pas le voir. Vous voyez la différence ?

Alors le mental, il a une fâcheuse tendance à s’approprier ce qui est vécu, mais dans ce cas-là, le mental s’est pas approprié, puisque ce frère ou cette sœur nous dit qu’elle voit son mental quand il revient. Mais il faut que tu sois rassuré, le mental il sera toujours présent, et c’est un avantage. Si y avait pas de mental du tout, vous seriez comme Ma Ananda Moyi, allongée ou assise en extase, tout le temps, mais, c’est pas la fonction que vous avez. C’est toute la différence entre le frère ou la sœur, qui va s’approcher de la Lumière, qui va vivre le Soi, qui vit des formes, des couleurs, des vibrations. La conscience s’expand. À un moment donné, l’expansion de cette conscience va déboucher sur une porte ; dans le Soi vous voyez une porte. Soit la porte est ouverte, comme dans le rêve de tout à l’heure, soit vous pénétrez, lors de la disparition, sans voir de porte, sans rien sentir et peut-être, excepté le phénomène de basculement du corps entre la gauche et la droite, sentiment d’un côté plus rétréci, ou plus ample, ou plus vivant que de l’autre côté, et là vous basculez dans l’Infinie Présence.

Mais le résultat est profondément différent selon que vous viviez cette Infinie Présence et que vous l’acceptiez. À ce moment-là, vous constatez au retour que vous n’êtes pas le mental quand il se manifeste, que vous n’êtes pas le corps, bien sûr. Alors que dans l’autre cas, qu‘est-ce qui va se passer ? Vous allez vous approprier les expériences au profit de l’ego, et vous ne voyez pas votre mental. Vous êtes persuadés que vous êtes vos pensées, vos idées, vos discours et vos mots. C’est toute la différence entre les deux, hein. Dans un cas vous êtes légers et sereins, dans l’autre cas, vous êtes lourds, au sens figuré comme au sens propre, hein.

Question : c’est un rêve : avec des amis, je vais chez un homme qui habite une maison en forêt. Dans la maison, les finitions ne sont pas de qualité. Sur l’escalier, sont collés des masques vénitiens, mal finis et pas esthétiques ; la décoration semble avoir été bâclée. Mes amis partent, je reste avec le propriétaire et nous parlons de la maison. Il me rappelle que c’est moi qui aie fait les travaux intérieurs ; je l’avais oublié. Je pars et reçois un appel de ma femme m’informant qu’elle ne peut pas garder notre enfant cette semaine. Je lui réponds que je ne pourrai pas non plus. Quels éclairages pouvez-vous m’apporter sur ce rêve ? 

Oh c’est très confus, y a énormément d’éléments. Je me rappelle même pas ce que tu as dit au début, un petit peu. J’ai retenu la notion de forêt, et ce qui est surprenant dans ce rêve, c’est que la personne observe les malfaçons, alors que c’est elle qui a fait les malfaçons, c’est merveilleux. Or, la maison, c’est quoi ? C’est l’intimité. La maison dans la forêt, puisque c’est une forêt, la forêt, c’est le lieu de la vie mystérieuse cachée et l’origine de la vie. C’est là où les animaux se cachent, c’est là où est le mystère ; la maison est dans la forêt. Ce que j’arrive pas trop à saisir, c’est cette notion de défauts qui sont vus. Les défauts de la maison, c’est les décors, comme ça a été dit, l’apparence, la décoration, c’est ce qui va enjoliver, n’est-ce pas ? Et qu’est-ce qu’elle s’aperçoit : c’est que c’est elle qui a fait les travaux.

Donc, ça veut dire que dans sa maison et dans sa présentation, cette personne s’est elle-même présentée sous un jour un peu plus agréable que la vérité. Donc, y a eu… et d’ailleurs elle a parlé de masques vénitiens. Le masque, c’est l’ego. Même si le masque est beau, il n’est pas la vérité, c’est quelque chose qu’on porte pour ne pas être reconnu.

Donc là, y a un éclairage qui est en train de se faire. En plus, il est fait état d’un enfant à garder, c’est l’enfant intérieur. C’est pas le fils ou la fille, c’est vraiment l’enfant intérieur. Et là vous voyez, dans le couple, ils veulent tous les deux se débarrasser de l’enfant l’un vers l’autre. Ils ont tous une bonne justification pour ne pas garder l’enfant intérieur. C’est la même chose que le masque, c’est-à-dire c’est un frère ou une sœur à qui il est montré que dans sa vie, elle est toujours dans l’apparence, qu’elle a toujours essayé de se montrer avec un masque. Je suis désolé mais c’est exactement ce que ça veut dire, surtout avec la maison dans la forêt.

Donc ce rêve t’invite à laisser tomber tous les masques, à ne plus jouer des rôles, quelque part, de séduire à travers des apparences, à travers des décors. C’est ça qui t’es montré. Donc, c’est une invitation à lâcher tous les masques, à lâcher tous les décors, à se présenter nu et vrai, et donc pour cela, il faut accepter de garder l’enfant intérieur. Même si l’enfant a les traits d’un enfant qui existe réellement, dans le rêve, c’est toujours l’enfant intérieur.

Donc le rêve, là, ici, te traduit des choses que tu n’as pas vues, c’est-à-dire tous tes décors, toutes tes breloques, tous tes bijoux, tous tes mots, tous tes gestes, qui sont toujours colorés par une forme d’artifice. C’est pas l’autre qui est en cause, c’est toi. Donc encore une fois, c’est pas grave, puisque ça a été vu, même en rêve. C’est une invitation à la spontanéité de l’enfant, à l’innocence de l’enfant. Voilà ce qui t’est montré dans ce rêve.

La maison est dans la forêt, c’est-à-dire le lieu où la vie est cachée, et dans cette maison, y a des masques sur les marches, vous vous rendez compte ? Des masques vénitiens. C’est que quelque part, dans l’inconscient hein, c’est pas conscient du tout, ça veut pas dire que ce frère ou cette sœur, fait exprès mais elle a toujours considéré que il fallait porter des masques, et en croyant que c’était elle. C’est pas elle qui se met un masque, c’est elle-même le masque, qui l’empêche de voir la vérité, de voir son enfant intérieur qui hurle. Alors il y aurait d’autres choses, mais là après je rentrerais dans des choses trop intimes et trop personnelles concernant le couple, entre guillemets.

Alors, on continue.

Question : une nuit, j’ai eu de violentes crises d’angoisse, mon mental s’emballait dans des scènes de panique, mon cœur battait de façon sourde, comme des coups de masse. Au bout de trois crises, j’ai amorti ces coups par un mouvement de rotation de haut en bas, en moi, ce qui m’a permis de calmer le mental et de trouver un apaisement. Est-ce la bonne solution et ce qui est nommé le retournement ?

Oui, tout à fait, mais vous avez vu, à travers d’autres rêves qui ont été expliqués ou de phénomènes d’accès à la bilocation ou de l’Éternité, c’est exactement la même chose ici. Selon où vous êtes, ça vous dit où vous êtes. Y a une grande différence entre celui qui voit son corps, qui voit la porte interdimensionnelle, qui voit son corps léviter, tout ça se passe en douceur, et puis ceux qui ont des frissons glacés la nuit, ou qui font des rêves de forêt, ou qui décrivent ça, c’est exactement la même chose. Ça vous montre où vous êtes situés : encore dans la personne, et ça va vous donner des manifestations pas très agréables, ou déjà présents dans le cœur en totalité, et vous vivrez ces choses comme le premier rêve, qui sont surprenantes pour votre mental mais qui traduisent la Vérité, la vérité de votre cœur, alors que les autres rêves traduisent encore une certaine forme d’illusion de vérité. Parce qu’y a cette notion de souffrance, de frissonnement, d’effroi, d’angoisse, d’excès du mental, ou de rêves comme ça, très riches. Ça vous montre où vous êtes. Il faut l’accepter, c’est pas un jugement, parce que dès que vous l’acceptez et que vous le voyez, tout change. Mais si d’emblée vous pensez que vous avez été possédés la nuit, ou autre, ça risque pas de changer.

Autre question, j’irai pas plus loin sur cette réponse-là. Mais globalement, à travers des rêves maintenant, même si y a une explication symbolique, même si y a une explication dans votre vie, le plus important c’est ça, à travers les processus qui se déroulent maintenant la nuit, parce que c’est plus facile la nuit. C’est pas plus facile pour votre personnage, mais c’est plus facile pour la Lumière, pour votre éternité.

Question : « Le marquage ou signe au front de la bête sera visible ». Qu’est-ce que ce marquage ? Que sera-t-il exactement et qui concernera-t-il ?

Mais ça correspond à ce qu’avait dit saint Jean : « Il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus.  Les appelés seront marqués au front. » Là, je crois que la personne, elle attend qu’il y ait un tatouage qui apparaisse ou quelque chose de physique, mais « être marqué au front », c’est sentir son front, c’est l’activation de la Couronne de la tête, rien de plus et rien de moins. Le signe de la bête, il sera mis dans la main. Être marqué au front, c’est là où vous êtes oints par le Seigneur, le signe de la bénédiction avec l’huile sainte. Ça fait de vous un appelé, la Lumière a frappé à la porte. Alors vous avez peut-être ouvert la porte de la tête mais après, vous savez, faut ouvrir la porte du cœur, que ce soit par l’Onde de Vie, par le Canal Marial, par le Feu Igné ou par les Théophanies.

Donc être marqué au front, c’est un processus énergétique. Ceux qui ont ouvert les chakras du haut, la Couronne, avant même que ça devienne la Couronne, vous sentez le front, la vibration sur le front. Certains s’enferment là-dedans, c’est l’illusion Luciférienne dans le pouvoir, la prédation et, comment ils appellent ça les Hindous, ils appellent ça les pouvoirs de l’âme, les siddhis. Mais tout ça, Bouddha vous disait bien : « Sauve-toi vite quand tu rencontreras ça », pour ne pas être piégés par l’ego spirituel. Donc le signe de la bête, il sera aussi au front ou dans la main, mais là ça sera physique et ça n’a rien à voir avec le spirituel, c’est tous ceux qui accepteront d’être pucés. Mais vous n’aurez pas le temps d’être pucés, heureusement.

Il n’y a plus de questions écrites. Il reste un peu de temps pour des questions orales.

Ah, d’accord. Alors, allez-y, exprimez-vous.

Je crois qu’ils sont tous en dodo, hein… Non, j’en entends rire. Ça va.

Question : pourquoi l’Ancienne du Jour s’est-elle présentée seulement hier ?

Parce que ça fait partie de ce qui est à vivre maintenant. Le niveau de conscience de l’Ancienne des Jours, qui est pas une conscience isolée, elle vous l’a dit, hein, c’est l’ensemble des consciences qui s’exprime, c’est le Grand Esprit, si vous voulez, des indiens. Mais voyez, même eux ils ont appelé ça Grand Esprit, alors que c’est une Grande Esprit, c’est pas masculin. Alors elle a choisi ce nom, comment t’a dit : Ancienne des Jours ? C’est bien trouvé ça. Au moins, vous pouvez pas vous référer à quelque chose de connu.

Alors bien sûr, y en a qui connaissent les enseignements anciens, qui vont nous dire : « Oui, mais ça existe pas, y a que l’Ancien des Jours ». Mais justement, elle s’est appelée comme ça, pour ça. Elle a jamais dit qu’elle était l’Ancien des Jours, mais bien l’Ancienne des Jours. Alors si vous voulez l’appeler l’Éternel Féminin, le Féminin absolu, on peut trouver des dizaines de noms, mais l’important était de vous faire vivre cette espèce de densité. Vous l’avez vécu. C’est quelque chose de différent. La perception que vous avez eue, hier, c’est une des dernières perceptions qui survient quand vous êtes dans l’Infinie Présence et que vous basculez, si je peux dire, dans la béatitude éternelle. C’est la même qualité de conscience, la même qualité de vibration et d’énergie.

Voilà pourquoi elle n’est venue qu’hier. Il fallait attendre que certains processus enclenchés depuis le 8 mars arrivent à leur finalité, c’est-à-dire les Radiances Archangéliques et puis ensuite les Théophanies. Et après la Pentecôte, bah bien sûr c’est la semaine de Pentecôte où tout s’achève. Donc, elle ne pouvait intervenir qu’à ce moment-là. Parce que parler, c’est toujours facile, mais ce qui est important, vous le savez, c’est pas les mots, c’est la vibration. Or la vibration de cette très vieille conscience est ce qui se rapproche le plus de l’ultime écran visible en l’Infinie Présence, juste avant le basculement dans le noir. Et là, vous êtes chez vous.

Question : ce jeudi a lieu la dernière Théophanie Mariale. Est-ce aussi le dernier jour des Radiances Archangéliques ?

Mais oui, bien sûr, c’est fini après ; vous êtes autonomes, débrouillez-vous. Je sais même pas si nous aurons l’occasion de revenir… soit dit en passant.

Question : depuis une semaine, j’entends dans l’oreille gauche un son lointain, comme un tam-tam. Cela a-t-il un rapport avec l’Ancienne des Jours ?

Non, ça a un rapport avec les Trompettes qui arrivent. Vous avez remarqué, tous, que le son s’est modifié dans vos oreilles, pour ceux qui entendent le son de l’âme et de l’Esprit. Et de façon quasi permanente maintenant. Non, et les tam-tams que tu entends au loin, c’est pas l’Ancienne des Jours, hein, c’est les Trompettes. Alors bien sûr, c’est la mémoire de la Terre, elle vous l’a dit, je crois, mais de là à dire que ça vient d’elle, non. Ça vient de la Terre, et du ciel.

Question : pouvez-vous donner d’autres exemples d’habitudes en fonction des lignées, en dehors des Arcturiens ou des reptiliens ?

Oh bah c’est très simple. Oh ceux de Sirius, vous les reconnaissez : ils sont mielleux, ils sont toujours sensibles, ils sont toujours prêts à aider, ils sont toujours délicats, si je peux dire, parfois même un peu exaspérants dans leur délicatesse. Les reptiles, c’est l’inverse. Ils ont besoin, même si c’est totalement anodin, de toujours tout contrôler autour d’eux. Il va vous demander si vous vous êtes occupé de votre animal, il va vous demander si vous avez fermé le gaz. Il a besoin de contrôler et de vérifier. Alors si c’est votre mari ou votre femme, c’est très, très énervant, hein, mais c’est une constante.

Alors bien évidemment… qu’est-ce que je peux vous donner d’autre comme exemple pour des lignées importantes, hein ? Je vais pas prendre des lignées rares, mais par exemple ceux qui sont Végaliens. Les Végaliens sont des pédagogues, donc ils sont un peu comme les Arcturiens, ils ont besoin de comprendre, de tout démonter, en eux, les mécanismes, ou de démonter les machines qui leur tombent sous la main. Ils aiment bien connaître les mécanismes intérieurs. Les Végaliens, eux, sont plus tournés, quand ils sont incarnés sur terre, sur le besoin d’enseigner, le besoin de mettre en forme les choses qu’ils vont dire.

Alors qu’est-ce qu’on a d’autre… Les êtres qui ont une lignée qui vient d’Altaïr, par exemple, sont des êtres qui ont tendance à avoir une vision globalisante. Ils sont moins dans les détails que les Arcturiens, c’est-à-dire qu’ils perçoivent les détails à travers le tableau global alors que les Arcturiens, eux, ils rentrent dans tous les détails, ils vont pinailler tant qu’ils n’ont pas tout compris, vous voyez.

Sirius, c’est l’Eau le plus souvent, donc c’est l’émotion. L’émotion magnifiée mais quand même l’émotion. C’est la mère poule, par exemple, en plus les mères généticiennes viennent de là. Les reptiles, c’est ceux qui vont contrôler, qui ont besoin de toujours tout vérifier, et puis subrepticement, de toujours donner des ordres. C’est toujours présenté, parfois avec élégance, mais ce sont en général des êtres qui ont toujours une voix de commandement et ils s’en servent sans s’en apercevoir, ce qui est très déstabilisant.

Alors après, qu’est-ce qu’y a d’autre… Les Arcturiens, les Végaliens, je vais pas parler des choses très rares, hein, je suis désolé, on n’a pas vraiment le temps. Là, je vous donne les grandes lignées. Et en plus, si vous voulez, comme sur cette terre, vous avez tous, nous avons tous quasiment, pas une origine mais une lignée de Sirius, bien sûr, même si c’est pas notre origine stellaire, vous avez quand même un sacré paquet, j’ai pas de chiffre, mais qui portent les gènes reptiliens, même rédemptés, mais ils peuvent pas s’empêcher de tout contrôler. Ils aiment bien l’ordre, surtout pour les autres, hein, pas pour eux, donc ils aiment bien donner des ordres, ils aiment bien s’occuper. C’est eux les maîtres de maison, enfin ils le croient. Voilà, ça c’est des traits très caractéristiques. Vous avez d’autres systèmes solaires à me soumettre ?

Question : les Pléiadiens ?

Ah, les Pléiadiens. Les Pléiadiens, c’est des êtres de parole. Ils ne supportent pas qu’on ne respecte pas les paroles. Ils sont très diplomates. Ils cherchent toujours à arrondir les angles, des fois au détriment d’eux. Ils ont un côté, parfois, très lumineux mais un peu masochiste, hein. Ils ont le sens de la mission.

Quoi d’autre ?

Question : les Orionais.

Les quoi ?

Question : Orionais, les êtres d’Orion.

Et qui est-ce qui t’a dit que les êtres d’Orion s’appelaient des Orionais ? C’est quoi encore cette affabulation ? Mais les êtres d’Orion, ça dépend d’où. Parce que Sirius, vous savez que vous avez déjà trois soleils. Orion, c’est une constellation, c’est pas un soleil. Sur Orion, vous avez aussi bien des reptiles, des Gris, que des Néphilim, que des Élohim. Parce que vous, ce que vous appelez Orion, c’est ce que vous voyez d’ici, mais faut préciser. La constellation de l’Aigle, par exemple, c’est l’étoile principale, c’est tout. Par contre, pour Orion, vous avez des étoiles qui sont très éloignées. Vous ne pouvez pas dire que vous venez d’Orion. Si, vous pouvez dire que vous venez d’Orion mais ça vous donne pas d’indication, selon que vous veniez de Bételgeuse, d’Alnilam, de Mintaka, ou de Rigel. Y a pas une caractéristique commune.

Parce que par exemple, je vous avais dit que les Néphilim qui ont laissé les Cercles de Feu, ils venaient d’Orion. Mais c’est profondément différent des Dracos d’Orion. Et vous voyez l’amalgame ? Vous avez aujourd’hui des gens qui vous disent que tout ce qui vient d’Orion, c’est reptile, mais ils ont rien compris. Et d’ailleurs, vous avez des tas d’humains qui écrivent en ce moment que Orion c’est noir, c’est négatif, c’est que des êtres noirs, mais pas du tout. Donc je peux pas répondre, ça dépend de où, d’Orion. Si vous venez de Bételgeuse, vous étiez un Néphilim. Ça veut dire, entre parenthèses, que vous êtes là depuis 300 000 ans. Bon courage.

Question : et ceux d’Alcyone ?

Alcyone, c’est les Pléiades, ma chère. Y a six étoiles, les sept sœurs des Pléiades. Et y a des différences entre chaque étoile. Donc c’est pareil, quand vous dites « j’ai une origine pléiadienne », oui, mais d’où ? J’ai donné la caractéristique globale des Pléiades parce que c’est sept sœurs, donc elles sont à peu près identiques, contrairement à Orion qui sont situées dans des dimensions et à des distances faramineuses, même si elles vous apparaissent, depuis le point de vue de la terre, très proches, par exemple dans le baudrier d’Orion. Mais vous les voyez comme ça, mais vous savez pas si elles sont à côté. Par contre pour les Pléiades, c’est différent, parce que là, elles sont toutes dans le même, comment vous dites, cluster énergétique, ce qui est pas le cas pour Orion.

Donc je peux rien dire de plus pour les Pléiades. J’ai dit tout à l’heure une généralité, parce que c’est sept sœurs, mais venir d’Alcyone ou autre, des autres sœurs, ça change pas grand-chose, contrairement à Orion.

Question : les Andromédiens ?

Ah Andromédien, c’est très, très proche de l’humain, mais libre. Ils ont les mêmes caractéristiques physiques que nous, humains, quand nous sommes incarnés, un peu plus grands, hein. Mais ils sont dans les 3D unifiées. C’est d’ailleurs un lieu d’accueil important pour ceux qui n’ont rien à faire chez les Arcturiens, parce qu’ils ont des mémoires à décharger, ou chez les Végaliens, parce que c’est leur origine stellaire. Mais les Andromédiens sont énormément concernés, après l’Appel de Marie, pas avant hein, ils sont pas encore intervenus comme les Végaliens ou les Arcturiens qui interviennent de manière journalière maintenant.

Question : Aldébaran ? Quelles sont les habitudes des Andromédiens ?

Aldébaran, vous êtes sensiblement dans les mêmes caractéristiques que l’humain de la Terre, y a pas vraiment de marqueur. Les plus marqueurs, retenez, c’est ceux dont j’ai parlé en premier : le reptile, parce qu’y en a beaucoup, donc vous voyez très bien le prédateur à l’action, avec sa voix de commandement, et qui est toujours en train de faire semblant de s’intéresser à tout ce que vous faites, pour vous posséder quelque part, hein. Vous avez les lignées reptiliennes aussi, c’est très simple à voir. Indépendamment de ce côté très gentil, très affable, mais qui cache le fait qu’ils se mêlent des choses qui les regardent pas. Et surtout, essayer de prendre l’ascendance.

Alors c’est moins marqué chez les femmes. Chez les femmes, ça va être plus subtil : elles vont essayer d’attirer votre attention, d’attirer votre conscience… parce que le reptile a toujours besoin d’être admiré. S’il est dans un corps humain aussi, avec une origine comme ça, il a besoin de se faire voir. Il a besoin, parce qu’il se voit dans le regard de l’autre, et s’il ne se voit pas dans le regard de l’autre, surtout si c’est une femme, c’est terrible. Elle croit qu’elle est pas aimée, qu’elle est pas digne d’intérêt. Donc ce sont des êtres qui sont dans une forme de manipulation. Vous savez, ils vont vous prendre par le bras, vous emmener à part, ils vont sans arrêt essayer d’attirer, par des mots, ou des regards, ou une tenue, votre attention. Chez l’homme, c’est différent, c’est plutôt la voix de commandement. Et Sirius, homme et femme, aussi, c’est différent.

Je crois que j’ai mon ami de Sirius, là qui est devant. Vous savez, c’est ceux qui toujours vivent des choses incroyables mais veulent toujours les ramener à leur petite personne. Et puis les reptiles, par contre, eux, c’est autre chose. Ils ont une espèce de fascination pour les dragons. C’est normal, c’est les mêmes familles. C’est pas une famille au sens humain, je l’ai dit tout à l’heure, mais c’est une filiation, une résonance, si vous préférez. Voilà, mais comme les lignées les plus fréquentes, c’est celles, quand même, dont j’ai parlé au début, vous avez déjà un beau tableau de ce qui vous entoure.

Le temps est écoulé.

Le temps est écoulé. Donc, je vais vous laisser faire votre pose. Je vous dis pas au revoir, je vous dis à tout à l’heure pour la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire